Benjamin Graham est considéré comme le père de l’investissement axé sur la valeur. Il a été le mentor de nombreux investisseurs célèbre, dont Warren Buffett. Beaucoup de choses sont à dire à son sujet. Si bien que cet article ne suffira pas à couvrir l’ensemble de son oeuvre.

Les premiers pas à Wall Street de Benjamin Graham

Benjamin Graham est né en 1894 à Londres, et a déménagé avec sa famille aux États-Unis lorsqu’il avait un an. Le jeune Graham est studieux, si bien qu’il obtient une bourse d’études pour étudier à la prestigieuse Université Columbia. Excellant dans toutes les matières, malgré qu’il travaille à temps partiel tout au long de ses études, il obtient son diplôme en 1914. Avant d’obtenir son diplôme à l’âge de 20 ans seulement, il a été invité à rejoindre trois départements d’enseignement différent à Columbia : Anglais, philosophie et mathématiques. Il refuse les trois postes et décide de travailler à Wall Street : d’abord comme coureur dans une maison de courtage, puis comme analyste et, enfin, comme associé.

Benjamin Graham crée en 1926 un fonds d’investissement avec un de ses copains investisseurs, Jerome Newman,. Rapidement, ils excellent et enregistrent de belles performances boursières.

À partir de 1928, Graham s’adonne également à l’enseignement. Il enseigne à la Columbia Business School et, durant la grande dépression, publie son premier livre Security Analysis (1934). Il faudra attendre à la période d’après guerre pour qu’il publie L’investisseur intelligent (1949), la bible des investisseurs axés sur la valeur. 

En raison de la grande récession, Graham perd près de 70% de son capital. En revanche, il a su reconstituer son capital et le faire prospérer grâce aux actions à bas prix et au marché haussier.

La philosophie de Benjamin Graham

Graham a commencé sa carrière à une époque de grands changements: à l’aube de l’introduction des outils modernes d’analyse financière. C’est dans ce climat qu’il développe sa philosophie d’investissement axée sur la valeur. Son approche consiste à rechercher des actions qui se vendent à un prix en dessous de leur valeur réelle.

Benjamin Graham rejette du revers de la main l’idée selon laquelle les investisseurs qui ne peuvent pas se permettre de prendre de risques devraient se contenter de faibles rendements boursiers. Aux yeux de Benjamin, il est possible d’enregistrer des rendements boursiers élevés tout en limitant la prise de risques.

Pour obtenir des rendements supérieurs sans prendre de grand risque, cependant, un investisseur doit avoir une connaissance poussée des principes clés de l’investissement et une compréhension profonde des industries et des entreprises. Il faut également que l’investisseur acquière de l’expérience au fil du temps, car les investisseurs apprennent davantage de leurs erreurs que de leurs bons coups.

Enfin, il faut que les investisseurs contrôlent leurs émotions. L’analyse de la valeur doit être au centre des préoccupations et l’investisseur doit apprendre à éviter de se laisser emporter par les humeurs et les modes passagères de la plupart des investisseurs. Il faut éviter de devenir trop exubérant au mauvais moment ou trop déprimé et découragé au mauvais moment. Il qualifie d’«investisseur intelligent» un investisseur qui dispose de toutes ces qualités

Benjamin Graham et L’Investisseur intelligent

Après de nombreuses années d’expérience, Benjamin Graham a compris les éléments-clés qu’un investisseur doit rechercher afin de réaliser de bons rendements tout en minimisant ses risques. Il compile ses conseils dans L’investisseur intelligent, publié pour la première fois en 1949. Les concepts clés de cet ouvrage sont les suivants:

1. Comprendre la différence entre un investisseur et un spéculateur

Benjamin Graham insiste sur la différence entre les deux pratiques et l’importance de s’adonner uniquement à l’investissement. Un investissement est un placement qui, après une analyse approfondie, semble offrir un risque à la baisse minime et un rendement adéquat. Alors que l’investisseur calcule la valeur d’une action en fonction de la valeur de l’entreprise, un spéculateur parie qu’une action va monter en prix parce que quelqu’un d’autre va la payer encore plus cher.

2. Déterminer les facteurs clés à rechercher dans l’analyse de la valeur d’une action

Les investisseurs intelligents doivent être capables d’analyser une entreprise. Cela commence par l’interprétation du rapport annuel d’une entreprise et la compréhension de sa situation financière. Il y a de nombreux  facteurs à prendre en compte. Notamment, la situation financière de l’entreprise, la qualité de sa gestion, sa position stratégique, son historique de versement de dividendes, l’évolution des taux d’intérêt et les perspectives d’avenir.

3. Avoir un esprit indépendant afin de pouvoir exploiter l’irrationalité du prix du marché plutôt que d’en être victime

Les investisseurs intelligents doivent essayer de tirer profit des fluctuations, et ne pas trop s’en préoccuper. Le degré de fluctuation auquel nous assistons sur les marchés boursiers n’est pas logique et la Bourse (lire les autres investisseurs) se trompe souvent. Les investisseurs intelligents devraient ignorer les innombrables prédictions de la presse et ne pas se laisser persuader d’y donner suite.

4. Investir avec une marge de sécurité

L’accent mis par Graham sur la conservation du capital est l’un des facteurs clés que Warren Buffett a appris de Graham. La valeur doit être bien supérieure au prix payé, de sorte que même si le titre acheté se révèle moins intéressant qu’il ne le paraissait au moment de l’achat, il est toujours possible de récupérer son capital, voire d’obtenir un rendement.

Si vous vous reconnaissez dans la philosophie d’investissement de Benjamin Graham, nous vous invitons répondre aux questions de notre quiz Quel investisseur célèbre êtes-vous?, que pouvez retrouver ci-dessous: