Si ton cousin Jimmy qui travaille chez Air Canada t’indique que les ventes de la compagnie aérienne explosent, et personne d’autre en dehors de l’entreprise n’a cette information, tu pourrais être tenté d’acheter des actions de la société dans l’espoir de faire un coup d’argent. Ce n’est pas une bonne idée, car tu te rendrais coupable d’un délit d’initié. 

 

Le délit d’initié est totalement illégal au Canada ainsi que dans la plupart des pays. Par conséquent, l’achat ou la vente d’action sur laquelle vous avez bénéficié d’une information privilégiée peut vous conduire en prison, où vos compétences d’investisseurs boursiers ne vous seront probablement pas très utiles. 

 

Tout le monde est censé avoir les mêmes chances de profiter de la Bourse, puisque les informations sur les entreprises inscrites en Bourse sont publiques. Toutefois, si certains investisseurs ont accès à des informations privilégiées, les chances de réussite ne sont plus égales.     

 

Ce n’est pas parce que tu n’investis pas dans une action en utilisant des informations privilégiées que tu es innocent. Si tu partages de l’information privilégiée sur une entreprise avec quelqu’un qui, lui, l’utilise pour faire de l’argent en Bourse, tu peux te rendre coupable d’un délit d’initié. 

 

Si quelqu’un utilise des informations privilégiées avant qu’elles ne soient rendues publiques, il commet un crime. Mais si cette personne utilise ces mêmes informations après leur publication, ceci n’est plus considéré comme un délit d’initié. 

 

Les administrateurs, grands actionnaires et autres responsables d’une entreprise publique peuvent acheter et vendre des actions de ladite société, mais ils doivent divulguer au public leurs transactions boursières. Au Canada, ces divulgations sont accessibles au public sur le site Web du système électronique de déclaration des initiés (SEDI).

 

Malheureusement, les délits d’initiés ne sont pas un phénomène rare. Même Martha Stewart a passé quelques mois en prison après s’être rendue coupable de ce crime.  Elle aurait en effet vendu des actions dans une société biopharmaceutique après avoir été avertie qu’un de ses médicaments n’obtiendrait pas l’approbation réglementaire nécessaire à sa commercialisation.  

 

 Anglais: Insider Trading

Retourner à l'index de l'encyclopédie