Une obligation est rien de plus qu’une dette. Si vous avez oublié votre lunch, et que vous empruntez 20$ à votre ami, vous avez une dette envers lui. Si vous lui remettiez un bout de papier précisant le montant de la dette, ce bout de papier serait en quelque sorte une obligation. 

 

Les entreprises, les villes et les pays peuvent décider, plutôt que d’emprunter à la banque, d’émettre des obligations. La seule différence entre les obligations qu’ils émettent et le bout de papier que vous avez remis à votre ami dans l’exemple précédent, c’est que leurs obligations sont généralement associées à un taux d’intérêt et à une date d’échéance.

 

Pour illustrer le fonctionnement des obligations, imaginons le scénario suivant. Hardbacon est devenu le site numéro 1 de finance au Canada et décide, pour remercier les Canadiens de leur confiance, de construire un aréna pour permettre à Équipe Canada de s’entrainer dans des locaux à la fine pointe de la technologie. Pour ce faire, Hardbacon a besoin d’argent et décide d’émettre des obligations d’une valeur de 1000$ à un taux d’intérêt de 5% qui expireront dans 10 ans. Si vous achetez une de ces obligations, c’est comme si vous prêtiez 1000$ à Harbacon, qui vous le rendra dans 10 ans. Bien sûr, chaque année, vous empochez des intérêts de l’ordre de 5% sur votre prêt, soit 50$ par an. Donc, après 10 ans, Hardbacon vous rendra votre 1000$ et vous aurez empoché 500$ d’intérêt (50$ par an pendant 10 ans).

 

Certes, vous ne ferez pas des millions avec ce type d’investissement, mais vous vous assurez un revenu fixe et prévisible. Donc plus on approche de la retraite, plus on aura tendance à augmenter notre pourcentage d’obligations dans notre portefeuille. Ainsi on se mettra à l’abri des fluctuations imprévisibles de la Bourse.

 

Une chose à savoir est qu’en général, plus la date d’expiration d’une obligation est longue (1ans, 10ans, 30ans…), plus le taux d’intérêt devrait être élevé. En effet, sur un an, il y a de bonnes chances que l’émetteur de l’obligation soit capable de payer vos intérêts et vous remettre votre argent. Mais sur 10 ans, voire 30 ans, qui peut savoir ce qu’il va se passer? Si le risque augmente, la possible récompense doit elle aussi augmenter. 

Retourner à l'index de l'encyclopédie