Êtes-vous riche?

Cette question semble être celle qui parcourt quiconque fouille son compte bancaire. Suis-je riche? Et surtout, comment est-ce que je peux savoir si je le suis? Pour plusieurs de ce monde, la richesse se calcule en voitures rares et en portes de garage… c’est un exemple, bien entendu! Mais l’idée est là et la question peut basculer dans la philosophie : est-ce que la richesse se mesure par nos biens matériels ou par notre valeur

 

Que signifie la «valeur» quand on parle de finance?

La notion de valeur devient particulièrement intéressante quand on cherche à atteindre l’indépendance financière. Cet objectif inspire en effet beaucoup plus un mode de vie frugal — un marathon — qu’une vie de consommation abusive — un sprint. Parce que la véritable richesse, c’est votre valeur… nette. (On est presque tombé philosophique ici!) En finance, ce terme désigne le résultat du calcul tout simple de vos possessions (vos actifs) moins vos dettes à rembourser (vos passifs). On l’appelle généralement la valeur nette, mais vous pourriez également voir la terminaison se décupler sous la forme de patrimoine ou d’actifs nets. Ce sont toutes des expressions qui résument le concept de valeur nette. Alors, ne faites plus l’erreur de les confondre!

 

Budget… budget… budget

C’est la clef pour comprendre sa valeur nette, mais aussi pour atteindre l’indépendance financière. Pourquoi? Parce que la valeur nette est l’instrument de mesure qu calcule rien de moins que votre liberté professionnelle et personnelle. C’est assez important, vous ne trouvez pas? Planifier son autonomie financière revient alors à faire l’effort mathématique et logistique d’appliquer les objectifs d’un budget serré aujourd’hui et de le transposer en budget de demain. Pour ce faire, il est capital, essentiel, important, prioritaire (nommons tous les mots qui signifient IMPORTANT), de construire un budget solide et réaliste. Pour l’exemple, nous allons travailler à partir des moyennes de dépenses de l’Institut de la statistique du Québec en date de 2017. Voyons à partir de ce tableau les principales dépenses des ménages québécois :

Type de dépenses Montant moyen
Logement 14500 $
Transports 10200 $
Alimentation 7800 $
Loisirs 3600 $
Vêtements et accessoires 3000 $
Communications/divertissements 1900 $
Santé 2900 $
Ameublements 1900 $
Alcool et tabac 1700 $
Hygiène 1200 $
Éducation 1000 $
Services financiers 600 $
Jeux de hasard 200 $

 

Faites le comparatif : où vous situez-vous au niveau de vos dépenses? L’exercice du budget sert non seulement à évaluer nos sorties d’argent nécessaires, mais aussi à connaître et à identifier nos dépenses superflues. 

Si votre objectif est la liberté financière, vous devrez donc ajuster vos dépenses en vue de réévaluer votre épargne. On rapporte qu’un taux d’épargne de 50 % du revenu net mène à l’indépendance financière en moins de 20 ans! C’est un pensez-y-bien!

 

Actif vs passif : comprendre les notions

La valeur nette est le montant le plus important de votre vie financière selon Jean-Sébastien Pilotte, un jeune retraité, auteur et blogueur de 43 ans. Pour arriver à sortir son chiffre, il faut d’abord dresser une liste de nos actifs et de nos passifs. Qu’entend-on par actifs et passifs?

Si on se fie à l’économiste et spécialiste en finances, Robert Kioysaki, dans son livre Père riche, père pauvre, on peut nommer actifs : «des biens qui mettent de l’argent dans votre poche.» À l’inverse, le spécialiste désigne les passifs comme «tout ce qui prend de l’argent dans vos poches.» Autrement dit :

Actifs = ce qui entre dans votre compte

Passifs = ce qui sort de votre compte

C’est une manière plus poussée de désigner les revenus et les dépenses. En effet, les actifs regroupent vos placements et vos taux d’intérêt de placement, en plus de comprendre vos revenus plus concrets (le travail, les retours du gouvernement, etc.) Plus encore, on compte parmi les actifs les régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER), les comptes épargne libres d’impôt (CELI), les REEE, les placements, les acquis immobiliers et les liquidités. Il est important de comprendre que les biens qui perdent de la valeur avec le temps ne se listent pas dans votre colonne d’actifs. Malheureusement, votre télé, vos voitures et votre montre Apple ne peuvent pas être catégorisées comme «payantes à long terme» et ne figurent donc pas comme un bien actif.

De l’autre côté, vos passifs représentent toutes vos sorties d’argent, comme les dettes : vos dettes étudiantes, votre solde de carte de crédit, vos marges de crédit et le 25 $ que vous devez à votre sœur pour le cadeau de votre mère. Blague à part, la soustraction de vos passifs à vos actifs vous donne le montant de votre valeur nette. Pour l’exemple, nous allons nous fier au tableau de Jean-Sébastien Pilotte, dans son livre La retraite à 40 ans. L’important est de bien comprendre les montants que vous pouvez ajouter dans vos colonnes.

Voici le calcul de l’actif :

Actifs Montant
Compte chèque 2000 $
Compte épargne 3000 $
REER 40000 $
CELI 20000 $
Autres placements 5000 $
Total des actifs 70000 $

Voici le calcul du passif : 

Passifs Montant
Solde de carte de crédit 2000 $
Solde du prêt étudiant 5000 $
Autres dettes 1000 $
Total des passifs 8000 $

Le calcul ensuite est plutôt simple :

Total des actifs — Total des passifs = Valeur nette

Dans ce cas-ci, le total de l’avoir net est celui-ci :

Valeur nette 62000 $

 

Faites le calcul et observez votre cheminement

Une fois que vous aurez en main votre valeur nette, vous aurez une très bonne connaissance de votre situation financière. En effet, quels sont vos projets pour le futur? Avez-vous des objectifs en tête? Il est important de conserver le tableau de votre valeur nette et de le mettre à jour chaque mois puisqu’il a de grandes chances de devenir un «indicateur de performance». Pour reprendre les mots de Jean-Sébastien Pilotte : «Tel un étudiant qui reçoit son bulletin scolaire à la fin d’un trimestre, vous serez parfois agréablement surpris et parfois dégoûté par l’évolution de votre avoir (…) l’enrichissement est non pas un sprint, mais un marathon!»

Vous avez fait le calcul et vous vous demandez maintenant si vous êtes bien positionné en matière de valeur nette ? Autrement dit, vous vous demandez si vous êtes pas pire valeureux.se ?

En se basant sur les données disponibles dans un article de Marc Tison, dans La Presse, on comprend bien que le patrimoine «peut être petit. Il peut même être négatif. Mais chacun à un patrimoine à gérer. Mieux vaut s’y mettre tôt que tard.» Plus encore, selon Ipsos Reid et Desjardins, voici la moyenne de la valeur nette des ménages québécois, de 2000 à 2016 :

Âge 2000  2016
Moins de 35 ans 44021 $ 101459 $
35 à 44 ans 93721 $ 209823 $
45 à 54 ans 143197 $ 234764 $
55 à 64 ans 215957 $ 290641 $
65 ans et + 131368 $ 310496 $

Comme vous le constatez, les chiffres ont doublé en 15 ans… C’est donc voir que les gens accordent plus d’importance à leur patrimoine et priorisent les actifs plutôt que les passifs!

 

Des stratégies pour augmenter la valeur nette

En calculant votre valeur nette, vous serez peut-être de ceux ou de celles qui seront dans le négatif. Qu’à cela ne tienne! Si vous prenez en main votre situation financière, sachez que votre patrimoine ne fera qu’augmenter. C’est d’autant plus vrai si vous rêvez de l’indépendance financière précoce! Il est important de comprendre que la gestion de sa valeur nette inclut de petits gestes constants qui finissent toujours par porter fruit. On peut penser notamment à :

  • Réduire ses dettes en optimisant les remboursements;
  • Créant un compte épargne-retraite (REER) et/ou un compte libre d’impôt (CELI);
  • Planifier ses projets en fonction d’un budget.

Ces trois astuces toutes simples peuvent s’avérer totalement efficaces pour augmenter la valeur de votre patrimoine. Comme la valeur nette ne représente pas le total de vos possessions, mais bien ce qui est à vous concrètement (votre argent et vos placements), la chose la plus influente sur la valeur nette est le mode de vie. C’est d’ailleurs ce qui est le plus souvent recommandé : en réévaluant le style de vie, vous pouvez rapidement accroître les montants dédiés à l’épargne et ainsi augmenter considérablement votre patrimoine.

 

Revoir son style de vie

Plus encore, on peut penser à toutes sortes de stratégies pour revoir ses dépenses en vue d’assainir nos dettes. Par exemple, le journaliste économique Stéphane Desjardins, dans son livre Savoir dépenser sans culpabiliser, recueille une série de témoignages provenant de personnes indépendantes financièrement qui conseillent :

  • De ne jamais dépenser plus que ce que vous gagnez.
  • D’adopter un mode de vie presque frugal : ne cherchez pas le bonheur dans les objets, cherchez plutôt les moments et pensez votre avenir de cette manière. Vous serez plus heureux quand vous serez libre? Alors, planifiez vos dépenses en ce sens.
  • D’habiter près de votre lieu de travail. Évitez ainsi les déplacements coûteux et la perte de temps.
  • De penser à revoir les habitudes de consommation : une voiture neuve est-elle nécessaire? Si oui, pourquoi ne pas opter pour une voiture électrique? Évaluez toutes les options de déplacements, quitte à les réduire énormément.
  • De cuisiner! Évitez les restaurants, les UberEats et les bars. Priorisez les sorties chez les ami.es et les plats cuisinés à la maison.
  • De ne jamais acheter à crédit, sauf pour l’immobilier.
  • De contrôler ses dépenses en sachant exactement où chaque dollar s’en va. 
  • D’automatiser l’épargne : ainsi, plus besoin de penser à virer des sous vers un compte-épargne ou un autre. La banque le fait pour vous!

D’autres témoignages font surface dans l’actualité, c’est le cas d’Aurélie* et de Thomas*, un couple de 32 et 36 ans qui vise la retraite à 41 ans, interviewé dans La Presse : «Nous cuisinons beaucoup, n’avons pas de voiture et voyageons toujours en fonction des billets d’avion les moins chers.» 

 

Miser sur les rendements composés

Une autre règle de logique peut être appliquée pour augmenter son avoir net : réduire les dépenses et réinvestir ces montants… dans des placements intelligents. Ainsi, vous vous assurez de maximiser vos montants d’épargne et plus particulièrement lorsque vous planifiez un rendement composé.

Le rendement composé représente «le pourcentage de vos performances annuelles (intérêts, actions boursières positives) et se calcule à partir d’un montant initial, qui lui aussi augmente chaque année.» Vous misez donc sur la variété et les taux d’intérêt différents pour maximiser vos placements. Cette notion est bien importante et pourrait vous aider à redresser votre valeur nette, tout en vous dirigeant vers la liberté financière

 

La valeur ne fait que grandir 

En terminant, rappelez-vous que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. C’est la cigale et non la fourmi qui fut repue lorsque la bise fut venue! Tous ces dictons servent d’indicateurs dans le cas de la liberté financière. N’oubliez pas que l’épargne peut se faire même en début de carrière. Selon le conseiller en gestion des avoirs, Olivier Le Moignan : «si vous travaillez, vous pouvez épargner. Même si c’est juste 25 $ par semaine au début, l’idéal est de commencer tôt. Et c’est encourageant de voir vos actifs grandir! Quand on a un avoir net, on gagne la confiance de la banque, mais surtout, on prend confiance en soi. Cette confiance est le moteur essentiel pour connaître du succès sur le long terme et acquérir une indépendance financière.»

La morale de cette histoire? Pensez à votre valeur nette et définissez des objectifs de croissance pour votre patrimoine. Plus vous épargnez de l’argent, plus vous bonifiez vos placements, plus vous faites de l’argent! La règle est simple et la route est plus claire vers l’indépendance financière.

 

Ça vous dirait d'épargner des centaines de dollars en frais de transaction?

Trouvez le meilleur courtier en ligne en fonction de vos besoins


Trouver le meilleur courtier