Il n’y a rien de plus sexy que le REER, du moins, pour ceux qui savent s’en servir.

Comme vous le savez probablement déjà, le régime enregistré d’épargne-retraite (REER) est un type de compte qui permet d’investir de l’argent à l’abri de l’impôt en vue de votre retraite. Généralement, il vous est possible d’épargner 18% de votre revenue de l’année précédente avec un plafond de cotisation annoncé à 27 230$ pour 2020.

Ce que moins de gens savent, par contre, c’est qu’on peut aussi utiliser le REER afin de payer encore moins d’impôt en transférant une partie de son revenu imposable à un conjoint dont le salaire imposable est moindre. Pour mettre en place cette stratégie, on doit d’utiliser un REER de conjoint. Il permet à l’ un des partenaires de cotiser dans le régime de l’autre tout en profitant de la déduction fiscale correspondante. Celui ci- sera au nom de votre partenaire et lui-même en aura le contrôle. Comme pour un REER traditionnel, vous pourrez investir jusqu’à votre limite de cotisation sans pour autant affecter le plafond de votre partenaire.

Que vous soyez marié ou simplement conjoint de fait, utiliser un REER de conjoint peut vous offrir de nombreux avantages financiers.

Fractionnement du revenue:

Un gros salaire assure une grosse retraite, mais entraine également des impôts plus élevés. Utiliser un REER de conjoint permet de fractionner le revenue et de payer ainsi moins d’impôts lors de la retraite. En effet, si au lieu que tout l’argent soit investi dans un seul REER, l’argent est réparti de façon égale entre deux REER, le couple sera sujet à un taux d’imposition plus bas lors de la retraite.

Prenons l’exemple de Jessica et Roger.

Roger gagne 100 000$ et sa femme Jessica 50 000$.

Ayant lu un article sur les comptes REER de conjoint, Roger décide d’ouvrir un tel compte en désignant Jessica comme bénéficiaire.

Plutôt que d’investir 18 000$ cette année dans son compte REER, il versera 13 500$ dans son REER et 4 500$ dans le REER de conjoint ouvert au nom de Jessica.

Jessica, pour sa part, maximisera ses propres REER en y injectant 9 000$.

L’avantage de cette stratégie est qu’au moment du retrait, le 4 500$ injecté par Roger dans le REER de conjoint s’ajoutera au revenu imposable de Jessica, et non au sien. Or, avec un salaire annuel de 100 000$ par année, il s’attend à avoir un revenu à la retraite plus important que celui de Jessica.

Bref, Jessica et Roger paieront moins d’impôt sur leurs retraits une fois à la retraite.

Cotiser après 71 ans

Un REER de conjoint permet également d’allonger la période de cotisation. La limite d’âge d’un REER ordinaire est actuellement de 71 ans mais dans le cas d’un REER de conjoint, vous êtes autorisé à investir jusqu’à ce que votre partenaire ait atteint l’âge-limite de cotisation. Ainsi, si vous avez un partenaire plus jeune, vous pourrez continuer à faire des cotisations déductibles d’impôts.

Achat d’une première propriété:

Il est aussi possible de tirer des avantages d’un REER de conjoint si vous avez le projet d’acquérir un premier logement. Si votre conjoint ne cotise pas dans un REER, ouvrir un REER de conjoint à son nom vous permettra de doubler la mise de fonds. Dans le cadre du RAP ( régime d’accession à la propriété), une personne peut emprunter jusqu’à 35 000$ de son REER pour l’achat de son premier domicile et aura 15 ans pour remettre ce montant dans son compte REER, et cela, sans frais. Avec un REER de conjoint, chaque partenaire peut retirer 35 000$, doublant ainsi la somme pouvait être utilisée pour acheter une première propriété.

Cependant, un REER de conjoint comporte également des inconvénients.

Attention à la séparation:

Lors d’un entretien avec Charles Hunter-Villeneuve, planificateur financier et auteur de la BD “Lire et Tirelire”, il nous a présenté un des principaux problèmes liés à l’utilisation d’un REER de conjoint. Si vous êtes conjoint de fait et que vous vous êtes séparés, il vous sera impossible de récupérer l’argent investi dans le REER de conjoint. Votre cotisation dans le REER de conjoint sera alors considérée comme un don. Le taux de séparation au Canada étant actuellement en croissance, investir dans un REER de conjoint peut être un pari risqué. Une possible solution serait alors d’établir une convention de vie commune ou de se marier.

Respecter la règle des 2 ans ou des trois 31 décembre.

Lorsque vous investissez dans un REER de conjoint, il faut attendre deux ans pour que votre conjoint puisse retirer l’argent investi en bénéficiant de l’avantage fiscal obtenu grâce à la stratégie. Avant ces deux ans, si votre partenaire retire de l’argent que vous avez vous-même investi dans le REER de conjoint, cet argent sera sujet à votre taux d’imposition et non celui de votre conjoint.

Si vous décidez d’opter pour un REER de conjoint, n’hésitez pas à consulter nos comparateurs de courtiers en ligne et de robots-conseillers, dont la plupart offrent des comptes REER. Vous pouvez également consulter cet article pour choisir entre le REER, le CELI et le REEE.

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez certainement l’application mobile de Hardbacon, qui se connecte sur vos comptes de banque et d’investissement, vous aide à planifier en fonction de vos objectifs financiers, à faire un budget et à mieux investir.

Vous ne savez pas par où commencer?

Prenez le contrôle de tous les aspects de vos finances personnelles avec Hardbacon


Télécharger Hardbacon