L’ancien hockeyeur Donald Brashear a gagné plus de 15 millions de dollars au cours de sa carrière professionnelle. Après avoir connu plusieurs problèmes financiers, l’ex-joueur des Canadiens de Montréal a dû remonter ses manches et aller travailler dans un restaurant Tim Hortons de Québec. 

Une carrière emblématique

Brashear est né aux États-Unis, mais a grandi à Val-Bélair, près de Québec. L’attaquant Donald Brashear a gagné beaucoup de combats durant sa carrière. De 1993 à 2010, il a joué pour cinq équipes en LNH, a marqué 85 buts et a souvent laissé parler ses poings, lui entraînant 2 634 minutes de pénalité en carrière. En 17 ans de carrière, il aura accumulé une fortune de 15 millions de dollars. 

L’ancien joueur des Canadiens de Montréal avait pourtant bien débuté sa retraite. En 2016, il avait d’ailleurs marqué des points. Dans l’émission Dragons’ Den de la CBC, il avait décroché un contrat de 500 000 dollars pour son entreprise de fabrication de bâtons de hockey à bas prix, Brash87. En échange, il léguait 40 % de ses parts dans l’entreprise et la moitié des droits de vote. 

Une nouvelle surprenante

En octobre 2019, Donald Brashear a été aperçu en train de servir le café aux clients du Tim Hortons de la rue Bouvier, à Québec. Certes, il n’y a pas de sot métier, mais cette nouvelle a tout de même agité les internautes et les médias.

Selon le Journal de Québec, la franchise où a été aperçu Brashear est détenue par Pierre Sévigny, lui aussi ancien joueur de la LNH. Sévigny a déclaré au journal qu’il avait engagé Brashear pour l’aider. «C’est un employé, c’est tout. On vient de commencer, il est là pour m’aider, moi».

Les propos de Shaquille O’Neal s’avèrent donc vrais; beaucoup de joueurs éprouvent des problèmes financiers après la fin de leur carrière, et Donald Brashear semble être un exemple de ce phénomène. Cependant, comment un ex-joueur fortuné, emblématique, avec une entreprise prometteuse, peut-il se retrouver dans de telles difficultés ? 

En réalité, la plupart des athlètes n’ont pas les connaissances financières nécessaires pour gérer les grosses sommes d’argent qu’ils gagnent. Allen Iverson est l’un des nombreux athlètes qui ont mené un style de vie basé sur ses années les plus payantes, sans pour autant penser à l’argent dont il aurait besoin à la retraite. 

En effet, l’âge moyen de la retraite pour un athlète professionnel en Amérique du Nord est de 33 ans. Les athlètes, quoique bien rémunérés durant leur courte carrière, devraient ainsi avoir un taux d’épargne beaucoup plus élevé que la moyenne. Malheureusement, beaucoup d’athlètes semblent mal conseillés sur le plan financier ou ne suivent tout simplement pas les conseils qu’ils reçoivent. 

Des soucis avec la justice

Selon le Journal de Québec, le joueur qui avait pour habitude de conduire une luxueuse Lamborghini dans les rues de Québec semble avoir rencontré plusieurs démêlés avec la justice. 

Or, en 2011, l’ailier gauche a été condamné à 18 mois de probation et à 6000$ d’amende pour voies de fait simple commis sur un joueur de la Ligue nord-américaine de hockey, après un match à la sortie de l’aréna de Rivière-du-Loup. L’affaire a traîné jusqu’en 2014, où le tribunal l’a condamné à verser 9280$.

En 2018, son entreprise a fait faillite et a dû faire face à d’autres poursuites. Brashear a également dû payer 200 000 dollars pour des hypothèques impayées.

Plus récemment, il a également comparu pour des chefs d’accusation de méfait et possession de drogue. Une descente aux enfers assez brusque, mais qui n’est cependant pas une première dans le monde du sport professionnel. 

De nombreux sportifs, tels que Boris Becker, Dennis Rodman ou encore plus récemment Ronaldinho, ont amassé une fortune durant leur carrière et se sont pourtant retrouvés complètement ruinés. La gestion de ses finances personnelles est donc aussi importante pour les millionnaires, sinon plus, que pour monsieur et madame Tout-le-monde. 

Un nouveau départ

Donald Brashear garde espoir. Il a déclaré à Radio-Canada qu’il souhaitait se reprendre en main. «C’étaient vraiment mes derniers déboires avec la justice. Je veux que ma vie avance dans le positif», a-t-il déclaré. «Je vais commencer à donner des conférences pour aider le monde et partager mon expérience. Je veux essayer d’inspirer les gens à faire comme j’ai fait. On peut tomber, mais on peut se relever aussi». 

Qui sait, même si il ne nous a pas encore répondu, peut-être qu’un jour il acceptera de faire une entrevue avec Julien Brault, qui a déjà interviewé plusieurs sportifs sur leurs finances personnelles, dont Bruny Surin et Georges Laraque.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez encore plus l’application mobile de Hardbacon, qui se connecte sur vos comptes de banque et d’investissement, vous aide à planifier en fonction de vos objectifs financiers, à faire un budget et à mieux investir. La version de base de l’application est gratuite, mais vous pouvez en faire plus grâce à Hardbacon Premium. En tant que fidèle lecteur de notre blogue, obtenez 10% de rabais sur tout abonnement à Hardbacon Premium. Pour bénéficier de cette promotion, utilisez le code promotionnel BLOG10 en vous abonnant via notre site Web.