Connaissez vous l’histoire de Ronald Read ? Cet ancien concierge originaire du Vermont est la preuve même qu’on peut devenir riche tout en ayant un salaire modeste. Grâce à une optimisation de ses dépenses et des investissements intelligents, Ronald Read a amassé une fortune de 8 millions de dollars. 

La vie de Ronald Read 

Jusqu’à sa mort à l’âge de 92 ans, personne ne se doutait que Read possédait une somme dans les 7 chiffres sur son compte en banque. Les membres de sa famille furent les premiers surpris. « C’était un travailleur acharné, mais je pense que personne ne se doutait qu’il était multimillionnaire », a déclaré son beau-fils Phillip Brown à Brattleboro Reformer

Une chose est sûre, notre millionnaire n’a pas eu une vie facile. Originaire du Vermont, Ronald Read grandit dans un milieu défavorisé. Il vit avec ses parents, fermiers de profession, dans une toute toute petite maison. Enfant, il doit parfois marcher plus de 6 km pour se rendre à l’école.

Ronald Read est le premier membre de sa famille à obtenir un diplôme. En 1940, alors âgé de 19 ans, il s’enrôle dans l’armée américaine et servira en Afrique du Nord et en Italie. 

Après la guerre, Read rentre chez lui dans le Vermont et décroche un travail en tant que pompiste dans une station-service. C’est dans cette même station qu’il rencontre sa femme, Barbara March. Quelques années plus tard, il rachète ladite station-service, qu’il exploite ensuite tout en occupant un poste de concierge chez le détaillant de vêtements JCPenney. 

Un mode de vie frugale

Durant toute sa vie, Read a maintenu un style de vie frugale. Il ne dépense que le strict minimum.

Ses amis racontent qu’il conduisait une Toyota Yaris d’occasion, qu’il utilisait des épingles pour maintenir son manteau en place et qu’à 90 ans, il coupait encore lui-même son bois de chauffage. 

Read Ronald, un investisseur chevronné 

En réalité, on peut considérer Read comme un précurseur du mouvement FIRE (Financial Independance Retire Early). Bien qu’il n’ait pas pris sa retraite à 40 ans, Read a épargné tout au long de sa vie la majorité de ses revenus. Son ami Mark Richards raconte que, s’il gagnait 50$ en une semaine, il en investissait probablement 40. 

À l’image de Warren Buffett, Read Ronald était un bon investisseur. Il sélectionnait efficacement ses titres et avait le contrôle nécessaire pour les conserver sur le long terme. Selon le Wall Street Journal, l’ancien concierge possédait plus de 95 actions au moment de sa mort, et beaucoup faisaient partie de son portefeuille depuis plusieurs décennies. 

En bon investisseur, il a su diversifier son portefeuille d’actifs. Parmi ses actions de longue date figuraient des valeurs sûres telles que Procter & Gamble (PG), J.P. Morgan Chase (JPM), General Electric (GE), Dow Chemical (DOW) J.M. Smucker (SJM), CVS Health (CVS) ou encore Johnson & Johnson (JNJ). 

Un homme généreux

Read Ronald n’a jamais vraiment profité de sa fortune, mais il en a fait bénéficié les autres. À sa mort en 2014, ce résident de longue date de Brattleboro, dans le Vermont, a légué 6 millions de dollars à la bibliothèque et à l’hôpital de son quartier.

Ronald Read à l'hôpital durant son petit déjeuner.

Comme pour lui rendre hommage, la bibliothèque a investi la majeure partie des 1,2 million de dollars. Le Brattleboro Memorial Hospital s’estime «tout simplement incroyablement chanceux et reconnaissant». Read avait l’habitude de fréquenter cet hôpital, non pas pour se faire soigner, mais pour prendre son petit déjeuner. La directrice de l’hôpital a déclaré à CNBC que les 4,8 millions de dollars légués serviraient à moderniser le bâtiment.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez encore plus l’application de Hardbacon, qui se connecte sur vos compte d’investissement, analyse votre portefeuille et vous aide à prendre de meilleures décisions financières. En tant que fidèle lecteur de notre blogue, obtenez 10% de rabais sur tout abonnement à Hardbacon. Pour bénéficier de cette promotion, utilisez le code promotionnel BLOG10 en vous abonnant via notre site Web