Selon l’Association des banquiers canadiens, 95 % des citoyens adultes possèdent au moins une carte de crédit. Sachant qu’il y a 76,2 millions de cartes Visa et Mastercard en circulation au pays, on comprend vite que beaucoup en possèdent même plusieurs. Qui constitue le 5 % restant? Les personnes qui ont volontairement mis les ciseaux dans leur carte de crédit? Ou celles qui n’ont pas réussi à en obtenir une? La deuxième option est fort possible. Si vous êtes ou avez été en difficultés financières, cela pourrait vous empêcher d’accéder au crédit. Retenez deux choses : 1) vous n’êtes pas seul et 2) des solutions existent.

Les mauvaises dettes et le surendettement

En 2021, la dette de consommation moyenne des Canadiens tourne autour de 23 000 $. On parle entre autres des montants sur des cartes de crédit et des prêts automobiles. Selon l’Association des banquiers, 70 % des Canadiens remboursent la totalité du solde de leur carte de crédit chaque mois. Cela veut donc dire que 30 % n’en remboursent qu’une partie, par exemple en effectuant le paiement minimum. Il s’agit alors d’une mauvaise dette, soit une dette qui coûte cher en intérêts.

C’est un secret de polichinelle, les cartes de crédit sont dangereuses pour les consommateurs impulsifs. Leurs taux d’intérêt gravitent habituellement autour de 20 %. Puisqu’un exemple vaut mille mots, l’Office de la protection du consommateur permet de visualiser ces coûts. En remboursant 100 % d’un solde de 1 000 $ de votre carte avant la date d’échéance, vous ne payez aucun intérêt. Mais en payant uniquement et toujours le minimum, un téléviseur se détaillant 1 000 $ vous revient à près de 2 000 $ au bout de dix ans. La législation a changé récemment. Le paiement minimum augmente peu à peu et atteindra 5 % en 2025. Cette mesure vise à prévenir les problèmes d’endettement. Ce téléviseur serait ainsi complètement payé en six ans et le total des intérêts diminuerait.

La proposition de consommateur

On a beau avoir les meilleures intentions, parfois, des événements imprévus viennent bousiller un équilibre budgétaire précaire. Pour ceux et celles qui perdent le contrôle de leurs dettes, la proposition de consommateur est un moyen d’en venir à bout et de se sortir la tête de l’eau. C’est une offre que vous faites à vos créanciers dans le but de régler vos dettes. Par exemple, il peut s’agir de rembourser sur une période de temps plus longue, de payer un montant moins élevé chaque mois, ou d’acquitter seulement une partie de vos dettes.

À quelles conditions pouvez-vous faire une proposition de consommateur? Vous devez être insolvable, ce qui signifie avoir des dettes d’au moins 1 000 $ et être incapable de les payer. Le montant de vos dettes ne doit toutefois pas dépasser 250 000 $, excluant
un prêt hypothécaire sur une résidence principale. Vous pouvez faire une proposition de consommateur en prenant rendez-vous avec un syndic de faillite.

La faillite personnelle

La faillite est un processus qui vous permet d’effacer la majorité de vos dettes. Comment? En payant certains montants en argent en plus d’abandonner plusieurs de vos biens pour rembourser vos créanciers. Comme pour la proposition de consommateur, vous devez être insolvable et faire affaire avec un syndic. De quelles dettes peut-on se libérer de cette manière? Par exemple, on efface des soldes impayés sur des cartes de crédit, des prêts personnels et des dettes envers les agences de recouvrement. D’autres dettes demeurent exclues du processus, comme celles qui résultent d’une pension alimentaire, qui proviennent d’actes illégaux ou qui découlent d’une pénalité imposée par un tribunal.

La faillite et la proposition de consommateur laisseront une grosse tache dans votre dossier de crédit. Même si vous n’êtes pas au bord de la faillite, certains comportements devraient vous mettre la puce à l’oreille.
– Votre carte de crédit est-elle remplie à ras bord?
– Possédez-vous plus de trois cartes de crédit?
– Vous contentez-vous d’effectuer les paiements minimum?
– Utilisez-vous une carte de crédit pour en payer une autre?
– Êtes-vous stressé par vos dettes?
Si oui, vous avez tout avantage à utiliser les moyens suivants pour éviter d’avoir constamment recours à votre carte de crédit.

Vivre sans crédit, c’est vivre selon ses moyens

Comment éviter le surendettement? En dépensant de l’argent qu’on possède déjà. Par exemple, placez votre carte de crédit dans un endroit inaccessible. Avant une dépense ou une sortie, sortez le montant quasi-exact dont vous avez besoin et payez comptant.

Si vous n’avez plus accès au crédit, vous suivez probablement un cours accéléré sur la question. Vous pouvez commencer par privilégier l’utilisation de votre carte débit et de plateformes comme PayPal. Cependant, plusieurs institutions financières chargent des frais à partir d’un certain nombre d’opérations avec une carte débit et PayPal n’est pas accepté partout. Quelles sont vos autres options?

Les cartes prépayées sont indiquées pour ceux et celles qui doivent rebâtir leur crédit. Aucune enquête de solvabilité n’est nécessaire pour en obtenir une. Comment est-ce que cela fonctionne? Vous devez toujours mettre de l’argent sur votre carte à l’avance. Par exemple, si vous avez un achat de 500 $ à faire, alors vous y transférer uniquement ce montant. Vous payez donc avant d’effectuer l’achat, avec de l’argent que vous avez déjà gagné. 

Comme les cartes de crédit, les cartes prépayées permettent de faire des achats en ligne. Par exemple, la carte KOHO Visa est acceptée partout où Visa l’est. De plus, ce type de carte offre parfois un programme pour vous permettre de rebâtir votre crédit. Vos « bons comportements » de consommateurs seront alors communiqués aux agences de crédit, responsables de votre dossier. Toutefois, informez-vous bien sur les frais des cartes prépayées. Il n’est pas toujours bien avisé de troquer des intérêts pour des frais de toutes sortes!

Les cartes de crédit-débit constituent une autre option intéressante. Offertes par Visa et Mastercard, elles sont reliées à votre compte bancaire. Les achats passent directement dans votre compte. Contrairement à une simple carte débit, elles sont acceptées lorsque vous magasinez en ligne et partout dans le monde. De plus, vos transactions ne sont pas comptabilisées dans votre limite mensuelle d’opérations. Par contre, vous pourriez être tenté de faire des achats impulsifs, tant et aussi longtemps qu’il reste de l’argent dans votre compte.

On aime les cartes de crédit et ce n’est pas pour rien!

Avec de bonnes habitudes et une situation financière stable, les cartes de crédit demeurent avantageuses sur plusieurs plans. Leurs programmes de récompenses sont particulièrement appréciés. Près des trois quarts des Canadiens profitent de leurs avantages pour réduire leur solde à payer ou à accumuler des points échangeables. Les cartes de crédit demeurent aussi très pratiques pour effectuer des locations et bénéficier d’assurances (notamment pour les voitures).

Vivre sans crédit pendant un certain temps vous permettra peut-être d’adopter de meilleures habitudes de consommation. Vous serez ensuite prêt à renouer avec le crédit. Utilisées judicieusement, les cartes de crédit ont définitivement leur place dans notre vie!