Sterling, le Canadien de 39 ans qui se cache derrière Learning To FI, l’un des meilleurs blogs FIRE (financial independance, retire early\indépendance financière, retraite anticipée) du Canada, comprend mieux que quiconque à quel point cette réforme peut être difficile. Changer son style de vie signifie souvent altérer ses valeurs, et pour beaucoup d’entre nous, cela peut ressembler à une perte plutôt qu’à une croissance. Un changement extrême de cap peut vous désorienter, même si cette évolution était nécessaire pour vous mettre sur la bonne voie. 

La frugalité extrême et l’hyper attention aux détails étant parmi les caractéristiques du mouvement FIRE. Pour beaucoup d’entre nous, trop de changements trop rapides peuvent nuire à notre bien-être émotionnel. Et si vous avez déjà lutté contre une maladie mentale, vous savez que tout type de stress peut être paralysant. Si l’on ajoute à cela toutes les autres balles que la vie nous renvoie, comme l’isolement social et le chaos économique d’une pandémie mondiale, nous pouvons rapidement passer de la prospérité à la survie. 

Sterling met en lumière les deux sujets les plus tabous du moment : l’argent et la santé mentale. Et ce, à juste titre. Si vous voulez créer le genre de communauté qui soulève les autres et les prépare pour la route à suivre, alors allez-y. Soyez à fond dedans. C’est exactement ce qu’il a fait avec une vulnérabilité authentique. Sterling donne de sages conseils : la meilleure chose à faire est de garder les finances personnelles, personnelles. Vous ne pouvez pas vous comparer aux autres. Essayer de suivre votre propre chemin à la place de celui d’un autre ne fera que vous mélanger. En fin de compte, votre parcours FIRE doit être adapté à vous, et non l’inverse. Parfois, il est bon de lâcher prise pendant un certain temps. Relâchez votre emprise, posez vos pieds sur la terre ferme et étirez-vous les jambes. Les chiffres ne sont pas aussi importants que votre santé mentale. Personne ne peut parcourir ce chemin à votre place, alors les chaussures doivent vous aller confortablement.

Lorsque vous serez prêt à vous lancer, Learning To FI a tout ce qu’il vous faut pour un nouveau départ. Dans un monde où la personnalisation est primordiale, ce blogueur fan de technologie a utilisé son sens du codage pour vous fournir tous les outils dont vous aurez besoin pour concevoir votre stratégie FIRE. Cette attention particulière aux détails lui a valu une nomination au Sunshine Blogger Award. Sterling a construit le genre de refuge riche en ressources qui met l’accent sur l’importance de votre bien-être émotionnel tout autant que sur votre réussite financière.

Dans une interview franche, réfléchie et réaliste avec Hardbacon, Sterling s’ouvre sur son parcours vers l’indépendance financière et explique pourquoi les chiffres ne sont pas tout. 

 

Dans l’un de vos articles, vous dites que votre santé mentale a contribué à vous faire manquer quelques échéances de paiement de factures. Au cours de mes dix années d’expérience dans le domaine bancaire, j’ai pu constater à quel point la santé mentale affecte la stabilité financière d’une personne. Merci d’être aussi transparent. Comment votre parcours FIRE a-t-il perturbé votre santé mentale ? La structure vous aide-t-elle ou y a-t-il eu des déclencheurs inattendus ?

Oui, c’est vrai. Il y a eu une période où ma santé mentale souffrait particulièrement et où j’avais manqué quelques paiements de cartes de crédit (entre autres choses). Le travail était terriblement accablant pendant cette période. Le stress professionnel et personnel a contribué, aussi, à ma chute. J’occupais mes soirées avec des distractions comme les jeux vidéo et la télévision.  

En général, je trouve qu’apprendre sur les finances personnelles et creuser mes propres chiffres et planifications est une bonne bouée pendant ces périodes de stress. Cela me donne un sentiment de contrôle, car c’est moi qui décide de ce que je dépense et de ce que j’épargne. La structure m’aide et m’a permis d’avoir une base stable. Heureusement, lorsque je me suis rendu compte de mes retards de paiement, j’étais en bonne position pour les payer et ne pas subir de conséquences importantes.

En ce qui concerne les déclencheurs, comme pour la plupart des choses, je débute par être enthousiaste lorsque j’apprends quelque chose de nouveau. J’ai commencé à lire et à apprendre tout ce que je pouvais sur la finance – en consommant des podcasts, des blogs et d’autres ressources. Je me suis rendu compte de tout ce qu’il y avait à apprendre et je l’ai perçu comme une montagne infranchissable. 

Par exemple, j’ai découvert M. Money Mustache (MMM) en 2012 et j’ai apprécié ses articles, mais après un certain temps, j’ai constaté que je ne pouvais pas supprimer toutes les choses qu’il abolissait. Je n’étais pas du genre bricoleur et j’avais du mal à aller partout à vélo, alors j’ai commencé à me sentir déçu de ne pas pouvoir (ou ne pas vouloir) faire ces choix de vie drastiques. J’ai dû m’en éloigner pendant un certain temps, car j’avais l’impression de ne pas en faire assez. 

 

Pouvez-vous décrire un moment qui vous a donné envie d’abandonner ? Qu’est-ce qui vous a aidé à continuer ?

Je ne me souviens pas d’un moment où j’ai voulu abandonner, mais je peux penser à quelques moments où j’ai eu besoin d’arrêter de me concentrer sur mes finances. J’ai abusé du contenu sur les affaires personnelles et j’ai commencé à être déçue de ne pas pouvoir prendre le temps de trouver des moyens plus efficaces de dépenser, d’épargner et d’augmenter mes revenus. Je me débattais mentalement et j’ai donc dû me concentrer sur d’autres choses. J’ai pris du recul par rapport au contenu de FI à quelques reprises et cela m’a été très utile pour revenir quand je me suis sentie mieux. La patience et la persévérance sont donc essentielles. En matière de finances personnelles, il y a tellement de choses à apprendre que cela peut être décourageant. Il suffit d’y aller pas à pas, d’être patient et de persévérer dans son apprentissage et son application.

 

Pouvez-vous nous parler de votre vie avant FIRE ?

J’ai toujours été un bon avec l’argent et assez frugal. Je retardais mes achats jusqu’à ce que j’aie étudié toutes mes options et pris une décision sur la qualité par rapport au prix. Même dans ce cas, je différais mes dépenses pendant des mois ou des années s’ils n’étaient pas vraiment nécessaires.  Mais j’ai aussi trop consommé. J’ai utilisé une lettre de crédit pour rembourser ma carte de crédit et j’étais dans un cycle constant de remboursement. J’arrivais à zéro et je me retrouvais à nouveau endettée. 

 

Quel impact cette dette avait-elle sur votre vie

avant le FIRE ?

J’avais des dettes de ligne de crédit qui s’accumulaient lentement avec le temps et sur lesquelles je devais me concentrer.  J’utilisais ma lettre de crédit pour payer ma carte de crédit et c’était trop facile de trop dépenser.  Le fait de devoir constamment calculer ce que l’on peut rembourser chaque mois occupe une grande partie de l’esprit. Le montant fluctuait et il était difficile de savoir si je m’en sortais bien. 

 

Avez-vous encore des dettes ?

Seulement des dettes hypothécaires.  J’ai remboursé mes dettes de consommation l’année dernière ! Je n’avais que la carte de crédit, donc les intérêts étaient faibles, et je l’ai délibérément acquittée tous les mois pour forcer l’habitude.  J’avais suffisamment de réserves pour tout rembourser, mais je voulais avoir l’inconvénient de devoir y travailler lentement et de ne pas utiliser mes économies.

 

Quelle est votre opinion sur les cartes de crédit et en utilisez-vous une ? Si oui, laquelle avez-vous et pourquoi avez-vous choisi cette carte en particulier ?

Les cartes de crédit sont excellentes si vous payez votre solde chaque mois. Si ce n’est pas le cas, ou si vous utilisez une lettre de crédit pour les payer en entier et ensuite rembourser la lettre de crédit – attention, il est facile de trop dépenser. J’utilise la carte AMEX Gold de la Banque Scotia, la carte Infinite Avion de RBC et la carte VISA Infinite de Scotia. Les deux premières sont des cartes de récompenses de voyage. J’aime bénéficier de réductions sur les frais de voyage. La carte AMEX est géniale parce que vous pouvez acheter des voyages avec vos points. Cela signifie que je pourrais emmener ma famille dans n’importe quel hôtel gratuitement plutôt que de limiter mes récompenses aux vols et aux forfaits voyage. 

 

Utilisez-vous d’autres types de produits de crédit pour améliorer votre stratégie FIRE ? Pouvez-vous expliquer ce que vous employez, comment les déployez-vous et pourquoi avez-vous choisi ces outils de crédit particuliers ? 

Non, j’ai des lettres de crédit disponibles, mais je ne les utilise pas.

 

Aviez-vous déjà une certaine expérience ou une compréhension de base de l’investissement ou étiez-vous tout neuf lorsque vous avez commencé FIRE ?

J’étais un débutant mais j’avais une connaissance des REER, de ma pension de travail et de leur fonctionnement. Je n’avais jamais exécuté une transaction ou acheté une action ou un fonds négociable en bourse. 

 

Pouvez-vous décrire votre portefeuille d’investissement pour nos lecteurs ?

Je suis un investisseur en FNB indiciels. 25% d’actions canadiennes (XIC), 25% d’actions américaines (VTI), 25% d’actions internationales (VXUS) et 25% d’obligations canadiennes (VAB). J’utilise le Gambit de Norbert et les FNB Vanguard cotés aux États-Unis pour mes investissements américains et internationaux. J’ai la chance de bénéficier d’une pension de retraite professionnelle dont la répartition est de 75 % en actions et de 25 % en obligations. Je possède également un immeuble locatif, mais l’essentiel de mes actifs est investi sur le marché.

 

Pourquoi avez-vous choisi cette stratégie particulière ?

J’ai choisi cette approche à cause du Canadian Couch Potato. J’ai lu tout ce que je pouvais sur son site et j’ai pensé que cette démarche offrait les meilleures chances de succès avec le moins d’efforts possible. Mon portefeuille est diversifié dans de milliers d’entreprises du monde entier et sur deux devises.

 

Gérez-vous votre propre portefeuille, faites-vous appel à un robo-advisor ou un mélange des deux ? 

Je gère mon propre portefeuille depuis 2012.  J’essaie WealthSimple et Questrade/Passiv pour voir s’ils fonctionnent bien et pour pouvoir informer les débutants de leurs avantages.

 

Quelle société de courtage en placements utilisez-vous et pouvez-vous nous dire pourquoi vous l’avez choisie ?

RBC Direct Investing – Je suis avec RBC depuis longtemps, donc c’était la transition la plus facile pour ouvrir un compte. J’ai aussi de petits comptes chez Questrade et WealthSimple, et le REER de ma femme est chez BMO Ligne d’action. J’envisage de consolider mes comptes à un moment donné dans l’avenir, mais ce n’est pas une priorité pour l’instant.

 

Je crois que RBC est votre banque de prédilection, pouvez-vous nous dire pourquoi ?

J’ai longtemps eu des services bancaires gratuits avec eux parce que j’ai plusieurs produits. Ils ont toujours fait un assez bon travail pour que je reste avec eux.

 

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui n’a jamais investi auparavant ? Où devrait-il commencer ? Quelle est la première chose à faire ?

Commencez… commencez simplement à épargner et à investir, puis apprenez-en davantage au fur et à mesure.

La recommandation dépend du type de personne.

1) Pour quelqu’un qui ne se soucie pas d’apprendre à exécuter une transaction et qui veut que ce soit automatique

2) Pour une personne qui veut apprendre au fur et à mesure et qui peut exécuter des transactions.

Pour la première personne, ouvrez un compte de placement WealthSimple, établissez votre portefeuille et fixez vos cotisations régulières.

Pour la deuxième personne, ouvrez un compte chez le courtier de votre choix (Questrade, BMO, RBCIC – ce qui vous convient le mieux) et achetez un FNB tout-en-un comme VBAL/VGRO/VEQT.

 

Utilisez-vous un REER ou un CELI dans le cadre de votre stratégie ?

Je me concentre sur le REER pour l’avantage fiscal et je contribue aussi un peu au CELI. La majeure partie de mon CELI est constituée d’économies en espèces (c’est-à-dire un fonds d’urgence). Il est là pour épargner de l’impôt sur les intérêts.

 

Ce que je préfère dans votre site, c’est le nombre de ressources que vous avez incluses, comme les calculateurs d’épargne et de RFG (ratio de frais de gestion.) Je les ai utilisées et les résultats étaient surprenants. Comment avez-vous eu l’idée de les inclure sur votre site ? Les avez-vous construits vous-même ? 

Merci beaucoup, je suis heureux qu’ils aient été utiles. Oui, je les ai créés (codés) moi-même. C’est l’une des choses les plus satisfaisantes que j’ai créées jusqu’à présent. J’ai bâti ces calculateurs parce que je voulais permettre aux débutants de comprendre facilement comment un ensemble de petits changements cumulés au fil du temps peut conduire à de grosses économies. L’idée de la calculatrice d’épargne m’est venue de l’article de M. Money Moustache intitulé “Eliminate Short-Termitis” et je l’ai développée.  J’ai fait le calculateur de RFG pour une raison similaire, car vos choix d’investissement peuvent grandement affecter votre portefeuille.  J’ai quitté mon conseiller financier en 2012 et je voulais montrer aux autres combien vous pouvez économiser.

J’ai une formation en informatique en tant qu’analyste, donc j’aime les chiffres, les données et je suis à l’aise avec Excel. J’ai vraiment apprécié programmer les calculateurs sur mon site. Je n’avais pas codé depuis longtemps et j’ai eu beaucoup de plaisir à réapprendre ces compétences.

 

En ce qui concerne les dépenses, comment avez-vous décidé de gérer votre budget ?

Je regarde essentiellement ce que je dépense, la nourriture et les achats discrétionnaires, puis j’essaie de réduire ce que je peux. Ce n’est pas facile. C’est pour ça que l’approche que j’ai utilisé est plus facile.  Il faut d’abord se concentrer sur l’épargne, payer la maison et les frais de subsistance, le reste pouvant être déboursé comme on le souhaite.

 

Quelles étaient vos habitudes de dépenses avant de commencer FIRE ?

J’ai toujours été un bon épargnant et assez frugal. Je retardais mes achats jusqu’à ce que j’aie étudié toutes mes options avant de prendre une décision. Même dans ce cas, je retardais mes achats pendant des mois ou des années s’ils n’étaient pas vraiment nécessaires.  Mais j’ai aussi trop consommé. J’ai utilisé une lettre de crédit pour payer ma carte de crédit et j’étais dans un cycle constant de remboursement.  J’arrivais à zéro et je me retrouvais à nouveau endettée. 

 

Avez-vous rencontré des difficultés inattendues dans la maîtrise de vos dépenses ? 

Décider de ce qui est nécessaire pour vous.  L’aspect émotionnel ou psychologique des dépenses.  Vous pouvez penser qu’acheter cette chose vous rendra heureux – à long terme, ce ne sera pas le cas.  Il faut s’en rendre compte et essayer d’orienter les déboursés vers des choses qui vous apporteront un bénéfice à long terme.

 

Comment résistez-vous à l’envie de faire des folies en dehors de votre budget ? Avez-vous un plan pour les dépenses discrétionnaires qui vous aide à rester sur la bonne voie tout en vous permettant de faire des choses qui vous plaisent ? 

L’établissement d’un budget n’est jamais facile, alors nous économisons au maximum et dépensons normalement. J’ai utilisé WAM pour couvrir les domaines dans lesquels nous dépensions plus. Ma femme et moi ne sommes pas de grands dépensiers et elle est une épargnante fantastique, ce qui nous aide à garder le cap. Ça arrive de nous faire plaisir en consommant pour nous et non seulement pour les enfants et la maison.

 

Pouvez-vous nous faire part de vos trucs préférés pour économiser de l’argent ?

J’ai acheté un rasoir à cheveux à 60 $ il y a 4 ans et depuis, je me les coupe moi-même. Je les garde courts pour qu’ils soient de la même longueur que ma barbe. De plus, en me rasant le visage sous la douche, mes lames durent plus longtemps. J’ai transféré l’assurance automobile de ma femme à mon nom et j’ai économisé 20 %. Je vais changer l’assurance de ma maison et de ma copropriété pour une autre compagnie afin d’économiser près de 50 %. D’une manière plus générale, je trouve que la frugalité sélective et la gratification différée sont les principaux facteurs de réussite en matière d’épargne.  Il faut être frugal avec tout et dépenser là où on en a pour son argent. J’ai toujours retardé mes achats, parfois pendant des années, et cela m’a permis de réaliser à quel point il est facile de se contenter de moins.

 

Quelle est la chose que vous savez maintenant et que vous auriez aimé savoir avant de commencer votre FIRE ?

Que vous devrez épargner bien plus que les conseils habituels de 10-15%. Avoir un taux d’épargne cible plus élevé aurait été encore mieux pendant que vous êtes jeune et pour aider à limiter l’inflation du style de vie.

 

 “Il faut avoir de l’argent pour épargner”, c’est quelque chose que j’entendais souvent lorsque je travaillais dans le secteur bancaire. Quel conseil avez-vous pour la personne qui lit ceci et qui a du mal à s’en sortir ? 

Vous n’êtes pas seul. Il y a des centaines, voire des milliers de personnes qui aimeraient vous aider – gratuitement ! Je parle de la communauté FI, y compris les blogueurs et les podcasters et le groupe Facebook de ChooseFI Canada. Il y a tellement de personnes prêtes à aider et le nombre de conversations auxquelles vous pouvez participer avec ces personnes peut vous donner la confiance nécessaire pour relever vos défis financiers. Vous devez simplement faire l’effort de demander, d’apprendre et de vous connecter.

 

Pensez-vous que ce mode de vie est accessible ou réaliste pour tout le monde ?

Oui, absolument. Être conscient de ses choix et de leur impact financier est une compétence que chacun devrait développer. Peu importe où l’on se situe dans l’échelle des richesses ou des revenus, chacun a des angles morts et des choses à apprendre.

 

Quelle est la chose la plus surprenante que vous ayez apprise sur vous-même ?

J’ai découvert que j’aimais vraiment parler de finances personnelles avec les gens et que j’aimais aider ceux qui débutaient. J’essaie d’apporter une perspective différente à leurs habitudes financières.

 

Quel a été l’un des moments les plus marquants de votre parcours ? 

Le départ de mon conseiller financier. J’ai quitté mon conseiller financier en 2012 après avoir commencé à me renseigner sur les FNB et les placements indiciels auprès du Canadian Couch Potato. J’étais avec lui depuis 3 ans, mais une fois que j’ai vu ce qui se passait avec mes ratios de frais de gestion et le prix que je payais pour des conseils, je ne pouvais pas rester une minute de plus. (C’est pourquoi j’ai créé le calculateur de RFG).

 

Comment votre voyage FIRE vous a-t-il changé en tant que personne ?

Je dirais que je suis plus frugal, mais aussi plus apte à déterminer ce que j’apprécie et à dépenser pour ces choses. Je suis également plus détendu et j’ai un sentiment de sécurité en ce qui concerne l’argent. Je sais que tout ira bien pour nous.

 

 

Cela a-t-il eu un impact sur vos relations ou sur la façon dont vous interagissez avec vos amis et votre famille ? 

Oui, au début, j’ai eu du mal à convaincre ma femme. J’étais trop enthousiaste et je n’arrêtais pas de lui donner des conseils pour économiser de l’argent.  Cela ne s’est pas bien passé car elle s’est sentie privée. Elle était déjà une épargnante et je lui disais de dépenser moins. Alors que ce qu’il fallait vraiment, c’était qu’elle ait un compte de loisirs qu’elle puisse dépenser sans culpabilité. Elle achète pour la famille et rarement pour elle-même. Heureusement, j’ai depuis revu à la baisse mes conseils d’épargne et j’essaie simplement d’adopter un comportement modèle plutôt que de lui imposer toutes ces idées.

Pour la famille et les amis, j’aborde le sujet de l’argent pour avoir une idée de la façon dont les gens se conforment. J’aime en discuter et obtenir d’autres points de vue. Je me suis efforcée d’élargir mon cercle FI et de nouer des liens dans la communauté. Un ancien blogueur, membre de la communauté FI, et moi sommes devenus de bons amis et essayons de discuter régulièrement. C’est une expérience formidable car j’ai beaucoup appris de lui.

 

Votre objectif est-il de vous retirer complètement ou souhaitez-vous continuer à travailler d’une manière ou d’une autre ?

Pouvez-vous nous dire pourquoi vous êtes de cet avis ?

J’ai l’intention de continuer à travailler. Mon travail me procure un sentiment d’utilité et d’accomplissement. Si je peux trouver quelque chose d’autre qui m’apporte ces sentiments, alors je passerai à autre chose. Mais pour l’instant, je n’ai pas trouvé, alors je prévois de continuer.

 

Ça vous dirait d'épargner des centaines de dollars en frais de transaction?

Trouvez le meilleur courtier en ligne en fonction de vos besoins


Trouver le meilleur courtier