Il existe plusieurs comptes enregistrés dans lesquels les Canadiens peuvent maintenir leurs placements en actions. Deux des comptes enregistrés les plus populaires au Canada sont le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) et le régime enregistré d’épargne-retraite (REER).

Ces deux comptes permettent aux Canadiens de maintenir des placements en action, ce qui les rend attirants pour les investisseurs au marché boursier. Les actions à dividendes sont un des instruments financiers les plus populaires du marché, puisqu’elles permettent aux investisseurs de créer une source de revenu passif et de bâtir de la richesse via des gains en capital à long terme.

Nous explorerons lequel du CELI ou du REER est le meilleur type de compte pour maintenir des actions à dividendes. Les deux offrent des avantages fiscaux aux Canadiens et vous donnent l’opportunité d’accroître votre capital en investissant dans une variété de classes d’actifs. Sinon, il y a également quelques différences clés entre les deux comptes qui les rendent plus appropriés selon vos objectifs d’investissements.

Compte d’épargne libre d’impôt

Les CELI ont été lancés en 2009 pour permettre aux résidents canadiens majeurs possédant un numéro d’assurance sociale valide de garder de l’argent de côté exempt d’impôts durant toute leur vie. Ni les contributions, ni les revenus générés sur votre CELI sont déductibles d’impôt. Ces rendements peuvent prendre la forme d’intérêts, de dividendes ou même de gains en capital.

Les investisseurs débutants peuvent être induits en erreur par les mots « compte d’épargne ». Pourtant, le CELI fonctionne un peu comme un compte d’investissement puisque vous pouvez acheter des actions, des obligations, des fonds négociés en Bourse (FNB), des fonds communs de placement et plusieurs autres instruments.

Il n’y a pas de limite de retrait associée au CELI et vous pouvez liquider vos investissements n’importe quand. Toutefois, il existe certaines limites de contributions pour le déploiement du capital dans ce compte enregistré. Par exemple, la limite de contribution au CELI en 2021 est de 6 000 $ et cela peut varier chaque année.

Régime enregistré d’épargne-retraite

Le REER est un régime d’épargne-retraite que vous pouvez ouvrir et auquel vous pouvez contribuer dès que vous commencez à travailler. Les contributions au REER sont déductibles d’impôt, ce qui réduit votre facture fiscale. Tout revenu gagné dans ce compte enregistré est exempté de taxes tant que les fonds y restent. Vous aurez à payer des taxes sur les retraits quand vous recevrez des paiements du REER.

Le REER est un compte avec des avantages fiscaux tandis que le CELI est exonéré d’impôt. Le REER a été créé avec l’intention de fournir un allégement fiscal aux Canadiens et de les encourager à économiser pour leur retraite. Il y a des limites de contributions pour les REER également. La limite s’accumule à partir du moment où vous commencez à travailler et tient compte des contributions non utilisées des années précédentes.

Pour 2021, la contribution maximale au REER est le plus petite des deux montants suivants: 18 % de votre revenu ou 27 830 $. Par exemple, si vous gagnez 100 000 $ par année, vous pouvez contribuer 18 000 $ à votre REER.

CELI ou REER: Où investir?

Maintenant que nous avons regardé les différences entre le CELI et le REER, il est temps de regarder quel compte devrait être utilisé pour acheter des actions à dividendes. Les deux comptes sont idéaux pour détenir des placements en actions, dont des actions à dividendes, et vous devrez considérer vos habitudes de dépenses, votre potentiel de revenus, vos objectifs d’investissement ainsi que le niveau de vos revenus avant de prendre une décision.

L’idéal serait de maximiser vos contributions au REER ou au CELI, mais c’est un luxe inaccessible à la plupart des Canadiens. Selon un rapport de Wealthsimple, si vous gagnez plus de 50 000 $ par année, vous devriez investir dans un REER, et si vous gagnez moins que cette limite, dans un CELI.

Quand vous contribuez à votre REER, vous êtes en mesure de déduire ces cotisations, vous permettant d’obtenir un remboursement d’impôt basé sur votre taux d’imposition sur l’année. Lors de votre retraite, vous ferez partie d’une tranche d’impôt plus basse puisque votre capacité d’obtenir des revenus sera réduite.

Ainsi, quand vous retirerez de l’argent de votre REER, vous serez imposé à un taux plus bas. En gros, vous devriez essayer de contribuer à votre REER quand vous avez un revenu plus élevé, et de retirer des fonds durant des périodes où vos revenus sont plus bas, comme à votre retraite ou durant des périodes de chômage. Vous tirerez ainsi parti de ces avantages fiscaux.

Par exemple, si Jessica gagne 100 000 $ par année, son taux d’imposition sera de près de 40 %. En comparaison, si elle gagne 40 000 $ lors de sa retraite, son taux sera significativement plus bas. Ainsi, ses contributions au REER ont l’occasion de croître en économies avant taxe et elle pourra garder une plus grande partie de ses économies à sa retraite.

Le REER est aussi un bon compte pour les investisseurs à long terme ou ceux qui veulent investir dans des actions étrangères. L’Internal Revenue Service (IRS) aux États-Unis n’accepte pas le CELI comme compte de retraite et vous aurez à payer des impôts de non-résident retenus à la source sur les revenus de ces investissements.

Selon les planificateurs financiers, si vous faites partie d’une tranche d’imposition plus basse (disons de moins de 50 000 $), il est conseillé de maximiser votre contribution à votre CELI puisque celle-ci n’est pas liée à vos revenus. Les personnes à faible revenu auront aussi un taux d’imposition plus faible et pourront utiliser leurs droits de cotisation au REER inutilisés quand leur revenu augmentera.

Acheter des actions à dividendes dans un CELI est aussi une bonne idée si vous désirez retirer de l’argent dans le futur une fois que vous aurez atteint vos objectifs financiers, comme économiser pour des vacances ou même pour votre mariage.

La leçon à retenir

Nous avons vu que le REER et le CELI ont tous deux des avantages et que les deux comptes enregistrés devraient faire partie de votre stratégie d’investissement. Toutefois, si vous économisez sur le long terme et que vous gagnez plus de 50 000 $ par année, vous devez prioriser vos contributions au REER et y garder vos actions à dividendes. D’autre part, les contributions au CELI sont accessibles en tout temps, ce qui rend ce compte plus adapté aux urgences financières et aux personnes à faible revenu.