Or, argent, palladium ou platine, plusieurs métaux sont perçus comme des investissements intéressants. On les voit parfois comme des valeurs refuges en temps d’incertitude économique.

Pourquoi les investisseurs achètent-ils de l’or ou d’autres métaux précieux ? Doit-on absolument les enterrer dans sa cour arrière ou existe-t-il d’autres options ? 

Une valeur refuge

L’or est-il une valeur refuge ? Lorsque les marchés boursiers baissent, plusieurs investisseurs se tournent vers l’or pour limiter les dégâts. Un actif refuge est celui sur lequel on peut compter dans les périodes instables, dont la valeur reste stable ou augmente.

La valeur de l’or a tendance à monter dans les périodes de volatilité, comme ce fut le cas pendant la pandémie, particulièrement en 2020 (avec quelques soubresauts). Mais il peut aussi perdre ses gains lorsque la situation s’améliore.

L’ensemble des métaux précieux offrirait une protection contre l’inflation, ce qui expliquerait leur popularité récente. Les auteurs du livre Investir dans l’or, André Dubuc et François Riverin, respectivement journaliste et expert du monde minier, vont jusqu’à affirmer que l’or est une « assurance patrimoine ».

Pourquoi ? À leur avis, la valeur de l’or va augmenter à cause de la faiblesse du dollar américain, de l’endettement des gouvernements et des anticipations face à l’inflation.

Les métaux précieux ont une valeur intrinsèque due au fait qu’on ne puisse pas « en imprimer » davantage, contrairement à l’argent (pas le métal là !), par exemple.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, leur valeur a progressé. Contrairement à l’or, d’autres métaux, comme l’argent et le platine, sont liés à la demande de certains secteurs parce qu’ils sont nécessaires à la fabrication de certains produits et des technologies.

Ils ont généralement une faible corrélation, voire une corrélation négative, avec d’autres classes d’actifs comme les actions et les obligations. Un petit pourcentage de métaux précieux réduirait ainsi la volatilité d’un portefeuille.

3 manières de se procurer des métaux précieux

Il y a plusieurs façons d’accéder aux métaux précieux. On peut bien sûr en posséder physiquement, mais on peut aussi s’en procurer sur les marchés. Voici 3 manières d’en acheter.

Tenir le métal dans vos mains

Acheter un lingot d’or et attendre qu’il soit livré à votre porte ? Tout à fait possible. Certaines banques canadiennes, comme la Banque TD, vous permettent de commander de l’or et de l’argent en ligne.

Par exemple, une pièce d’or Britannia de 1/4 oz (2021) est affichée à 675,08 $ sur le site de TD. Il est aussi possible d’en acheter directement par le biais de la boutique en ligne de la Monnaie royale canadienne. Ça vaut le coup de passer à travers les catalogues, on y trouve des formes et motifs plutôt funky par moments !

Vous devez vous poser certaines questions avant de commander de l’or physique : où allez-vous l’entreposer ? Quels sont les frais associés ? Comment allez-vous le revendre ? Et si votre chien l’engloutit, que ferez-vous ? Comme alternative, vous pouvez acheter des « bouts de papier », soit un certificat ou un reçu de transaction boursière (RTB) qui vous donneront un titre de propriété du précieux métal.

Vous pouvez même acheter ces derniers par l’entremise d’un compte de courtage en ligne (symbole boursier MNT), ce qui élimine d’emblée les problèmes d’entreposage et simplifie la revente. Mais vous ne le tiendrez pas dans vos mains !

Investir dans un FNB de métaux précieux

Une solution intéressante et simple consiste à acheter des parts d’un FNB, ce qui élimine les problèmes de sécurité et d’entreposage. Et favorise la santé digestive de votre chien ! Par exemple, le FNB iShares Gold Bullion (CGL) offre un rendement directement lié au cours de l’or.

D’autres types de FNB s’intéressent aussi aux métaux précieux, notamment en investissant dans des sociétés d’exploitation, de royautés ou en répliquant un indice. Par exemple, le BMO Equal Weight Global Gold Index (ZGD) a été conçu pour reproduire le rendement de l’indice Solactive. Il investit dans les titres constitutifs de l’indice et les détient dans la même proportion qu’ils y sont reflétés.

Acheter des actions

Pour un investisseur aguerri, ajouter un peu d’or ou de palladium à un portefeuille peut se faire de la même manière que pour tout le reste. Comment ? En achetant des actions de sociétés aurifères, dont le cours boursier suit à peu près le prix de l’or. Certaines sociétés paient aussi des dividendes, une option intéressante si on cherche à générer des revenus.

Si vous choisissez d’investir directement dans une société qui exploite une mine et en commercialise le produit, il faut noter que leur cours est aussi influencé par le prix de tout facteur affectant la performance d’une entreprise.

Ces entreprises ont-elles des équipes diligentes, des antécédents solides et un bilan sain ? Ce n’est donc pas la méthode la plus sûre pour les débutants en investissement autonome puisque le risque d’erreur est grand.

Les métaux précieux peuvent être un bon moyen de diversifier votre portefeuille. Êtes-vous plus du type or, argent ou palladium ?

Ça vous dirait d'épargner des centaines de dollars en frais de transaction?

Trouvez le meilleur courtier en ligne en fonction de vos besoins


Trouver le meilleur courtier