Comment acheter une voiture d’occasion au Québec

Parking lot filled with cars.

De nos jours, une voiture usagée de 5 à 10 ans qui affiche 100 000 ou 150 000 kilomètres au compteur dispose encore de plusieurs bonnes années de vie devant elle. Une voiture d’occasion, ce n’est donc pas nécessairement une vieille «minoune» mangée par la rouille. Il y même plusieurs voitures que leur propriétaire souhaite revendre à peine un an après leur acquisition. En faisant les vérifications d’usage, vous pouvez vous procurer un véhicule d’occasion fiable à un prix beaucoup plus intéressant que ce que vous coûterait le modèle neuf. Voici comment bien vous préparer à acheter une voiture d’occasion. 

Pourquoi acheter une voiture d’occasion

Qu’est-ce qu’une auto usagée a, qu’une auto neuve n’a pas? Un prix plus alléchant, dans la majorité des cas. Vous pouvez donc payer moins cher pour un véhicule qui n’a qu’un an ou deux. En général, les voitures neuves se déprécient rapidement. Ce que cela veut dire, c’est qu’un modèle 2022 a déjà perdu environ le cinquième de sa valeur. Cette dépréciation varie en fonction de la marque, du modèle, de l’état du véhicule et des circonstances, entre autres. Après les premiers douze mois, la valeur d’un véhicule continue de baisser d’environ 12% à 15% par an. Une analyse du site Otogo a montré que les acheteurs potentiels s’intéressent davantage aux automobiles qui ont entre 30 000 et 60 000 kilomètres. L’intérêt des acheteurs reste assez élevé jusqu’à 100 000 kilomètres.

Le marché de l’automobile en a vu de toutes les couleurs au cours des dernières années, à cause des problèmes d’approvisionnement et des retards de production liés à la pandémie. Plusieurs acheteurs ont attendu leur voiture neuve pendant des mois avant de la recevoir, puisque l’inventaire de véhicules neufs a rapidement diminué. Les délais d’attente pour les véhicules populaires sont encore longs, ce qui laisse les acheteurs dans l’incertitude. Dans ce contexte, acquérir une voiture d’occasion est une excellente alternative. Où pouvez-vous l’acheter?

Acheter une voiture d’occasion chez un concessionnaire ou un marchand

En visitant un concessionnaire ou un marchand d’automobiles, vous avez la chance d’obtenir un véhicule usagé qui a été réparé et nettoyé par des professionnels. Vous bénéficierez peut-être aussi d’items neufs, comme un ensemble de pneus ou de freins. Le prix d’achat de ces autos est plus cher que si vous l’aviez dénichée chez l’ami d’un ami, mais elles viennent souvent avec une garantie. Il peut s’agir d’une garantie limitée sur les pièces ou de la garantie prolongée d’un véhicule certifié par le constructeur.

L’avantage du marchand est qu’il ne représente pas qu’une seule marque. Vous profitez d’un grand choix de marques et de modèles au même endroit. Les concessionnaires comme les marchands sont tenus de vous communiquer tous les défauts d’une voiture d’occasion et le coût d’éventuelles réparations, en plus d’assurer un service après-vente. En somme, cela ressemble beaucoup à l’achat d’un véhicule neuf.

Acheter une voiture d’occasion auprès d’un particulier 

Faire affaire directement avec l’ancien propriétaire de la voiture de vos rêves vous permettra probablement de réaliser une économie substantielle. En effet, le prix des autos usagées des concessionnaires et marchands dépasse celui des transactions entre particuliers d’environ 20%. Toutefois, il y a des raisons derrière ce prix plus bas. Un particulier, l’ami de votre ami par exemple, n’effectue pas la remise à neuf du véhicule ni sa réparation. Il n’a pas à entreposer l’auto ni à rémunérer du personnel, ce qui lui permet d’offrir un meilleur prix.

De plus, un particulier n’offre aucune garantie, à l’exception du possible transfert de la garantie d’origine restante du constructeur. Par définition, un particulier n’est pas un commerçant, donc vous économisez aussi la taxe, à l’exception de la taxe provinciale payable à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) lors de l’immatriculation du véhicule à votre nom.

Les faux particuliers

Plusieurs raisons poussent certains commerçants à prétendre être un simple particulier. Ils tentent ainsi d’éviter la Loi sur la protection du consommateur. Ils peuvent vous vendre une auto volée ou dont l’odomètre est trafiqué. Quelques drapeaux rouges devraient vous faire sourciller. D’abord, un prix de vente inférieur à celui du marché pour un modèle comparable (et dans le même état) est mauvais signe. Le vendeur tente peut-être de vous aveugler avec un prix alléchant. Pour vérifier si vos soupçons sont fondés, l’immatriculation du véhicule peut vous donner un indice. Une plaque qui commence par X- appartient à un vendeur d’automobiles. L’absence de plaque et d’assurance est tout aussi mauvais signe. L’auto est-elle assurée au nom du vendeur? Demandez à voir une pièce d’identité et de vous rendre à son domicile pour voir la voiture.

Peu importe auprès de qui vous achetez le véhicule, officialisez votre transaction en signant un contrat. La pratique est fortement recommandée et des modèles sont accessibles en ligne. Ce contrat pourra vous aider à obtenir un dédommagement de la part du vendeur en cas de vice caché.

Conseils pour vous préparer à acheter une voiture d’occasion

Acheter une voiture usagée nécessite un certain travail de préparation. Vous devez évaluer vos besoins pour faire un bon choix, trouver un vendeur honnête et procéder à un essai.

Analyser vos besoins avant d’acheter une auto usagée

Savez-vous combien de kilomètres vous parcourez par an? Avez-vous une grande famille? Utilisez-vous l’auto pour le travail? Avez-vous besoin d’espace de chargement? Votre adolescent fait-il six pieds et quatre pouces? Mieux vaut se poser beaucoup de questions avant l’acquisition que de se retrouver avec un véhicule trop petit, trop gros ou trop gourmand sur les bras! Vous pouvez songer à la réputation de la marque, du modèle, au prix, à la consommation de carburant et à la taille du véhicule, par exemple.

Faites votre budget. Aurez-vous besoin d’un prêt pour acheter votre voiture d’occasion? Les taux d’intérêt pour les voitures usagées varient entre 6% et 12%, en moyenne. Calculez votre capacité à rembourser un prêt auto. En plus des mensualités, n’oubliez pas que vous devrez payer les assurances, l’immatriculation, l’essence et l’entretien périodique. Réfléchissez bien à la durée du prêt, en fonction de l’âge du véhicule et de votre capacité de payer. Par exemple, un prêt de 36 mois vous coûtera plus cher mensuellement, mais un prêt de 60 mois vous fera payer plus d’intérêts en bout de ligne.

Avec une bonne connaissance de vos besoins et de votre budget, passez à l’étape suivante: renseignez-vous sur les modèles qui vous correspondent. Sites Internet, journaux, magazines, guides spécialisés, émissions télévisuelles et chroniques d’experts, ne négligez aucune source d’information. Ensuite, n’hésitez pas à confirmer vos impressions en évaluant la fourchette de valeur du véhicule.

Au cours de votre magasinage, ne négligez pas les modèles moins populaires. Un véhicule moins recherché coûte habituellement un peu moins cher. Ainsi, opter pour un modèle moins populaire peut vous faire économiser sur l’assurance de voiture d’occasion. De plus, évaluez toutes les options qui vous intéressent. Avez-vous réellement besoin de sièges chauffants ET refroidis? Même chose pour la caméra de recul ou le toit ouvrant: vous pouvez probablement vous en passer.

Trouver un vendeur et faire un essai routier avant d’acheter un véhicule usagé

Ça y est, vous avez trouvé la perle rare! Vos émotions pourraient bien prendre le dessus et vous faire acheter le véhicule sur-le-champ. Notez vos questions, cela vous évitera de les oublier en vous retrouvant face au vendeur. Questionnez-le sur la régularité de ses visites au garage, la raison de la vente, les problèmes passés avec le véhicule, les équipements inclus, etc. Ensuite, procédez à l’essai routier. Aimez-vous la conduite? L’auto est-elle bruyante? Les vitres électriques, le chauffage et la climatisation, les système de son fonctionnent-ils bien? Suivez un parcours diversifié pour vérifier la tenue de route de votre future auto. Soyez attentif aux indices d’une mauvaise suspension et testez la réponse des freins.

Éléments à vérifier avant d’acheter une voiture d’occasion

L’état et l’historique du véhicule vous permettront d’en apprendre davantage sur votre voiture de rêve. Et ils vous permettront peut-être de négocier le prix! 

Une inspection avant l’achat, faite par un mécanicien, vous aidera grandement à déterminer l’état du véhicule. Est-il sécuritaire? Des réparations seront-elles nécessaires à court terme? Les services du mécanicien ne seront pas gratuits, mais vous pourrez peut-être récupérer un certain montant en négociant le prix de l’auto grâce aux informations qu’il vous donnera.

Le numéro de série ou numéro d’identification d’un véhicule (NIV) vous donne accès à plusieurs informations. Par exemple, il sert à identifier un véhicule vole sur le site du Centre d’information de la police canadienne. La SAAQ offre aussi l’accès au dossier du véhicule, dont les transactions passées. Une auto qui change de mains tous les six mois apparaît moins fiable qu’une autre qui a toujours eu le même propriétaire. En échange d’une soixantaine de dollars, Carfax propose aussi l’historique des accidents du véhicule et des lectures d’odomètres. 

Enfin, ne payez pas la dette du vendeur. Pour vérifier que l’auto n’est plus grevée du prêt de l’ancien propriétaire, consultez le Registre des droits personnels et réels mobiliers (RDPRM). Ainsi, ses créanciers ne seront pas à vos trousses dans quelques mois!

Assurer votre voiture d’occasion

Il est interdit de conduire sans être assuré. Il vous faut donc une police d’assurance auto avant de finaliser la vente et de prendre le volant. Afin d’épargner sur votre police, une bonne pratique consiste à obtenir plusieurs soumissions en ayant recours à un comparateur d’assurance auto. Assurer une voiture usagée coûte habituellement moins cher qu’assurer une voiture neuve.

Vos recours après avoir acheté une voiture d’occasion

Malgré les mesures que vous avez prises avant de payer le vendeur, vous avez acheté un «citron»? C’est malheureux, mais grâce au Code civil du Québec, vous serez peut-être dédommagé. Les acheteurs de voitures d’occasion au Québec bénéficient d’une certaine protection. Un vendeur a l’obligation de déclarer les vices cachés, c’est-à-dire une défectuosité qui fait que s’il l’avait su, l’acheteur n’aurait pas acquis l’automobile ou l’aurait payée moins cher. Si vous découvrez un vice caché, informez le vendeur de la situation. Vous pouvez poursuivre un vendeur qui ne collabore pas.

Acheter une voiture d’occasion présente de nombreux avantages, dont une économie sur le prix d’achat et sur les assurances. Tout de même, un acheteur doit prendre certaines précautions pour acquérir une voiture fiable au juste prix. Brûler des étapes pourrait vous mener tout droit dans le champ!

Maude Gauthier est journaliste pour Hardbacon. Depuis qu’elle a terminé son Ph.D. en communication à l’Université de Montréal, elle écrit sur la finance, les assurances et les cartes de crédit pour des entreprises comme les Fonds FMOQ et Code F. Utilisatrice responsable de cartes de crédit, elle peut passer des heures à lire les petits caractères pour bien comprendre leurs avantages. À cause de leur simplicité, elle a développé une préférence pour les cartes avec remises en argent. Après avoir subi des hausses salées avec son ancien assureur, elle peut maintenant affirmer fièrement avoir économisé des centaines de dollars en magasinant ses assurances auto et habitation. Dans ses temps libres, elle lit une multitude de romans et profite du streaming de quelques émissions populaires (et possiblement moins populaires, comme les documentaires animaliers).