Sondage: Découvrez combien de pourboire les Canadiens laissent et ce qui les irrite

Par Julien Brault | Publié le 30 janv. 2024

Un terminal de paiement affichant des options de pourboires particulièrement élevées: 18%, 20%, 22% ou 25%
Share with FacebookShare with FacebookShare with TwitterShare with TwitterShare with Twitter

    Ce n’est pas seulement la hausse du prix des aliments qui fait augmenter le prix de nos achats. C’est aussi l’inflation des pourboires, un phénomène que nous avons voulu examiner en réalisant un sondage sur les pourboires au Canada. Ce qui ressort des résultats est que la majorité des Canadiens laissent plus de pourboire en raison des options présentées par les terminaux de paiement. En effet, 24% des Canadiens admettent avoir développé l’habitude de laisser du pourboire dans des établissements sans service aux tables. Par contre, le pourboire moyen laissé dans les restaurants ne semble pas avoir augmenté significativement par rapport à la norme de 15%.

    Combien de pourboire les Canadiens laissent dans différents établissements

    Type d’établissementPourboire moyenPourboire le plus commun
    Restaurants avec service aux tables15,14%15%
    Salon de coiffure et barbiers10.91%10%
    Restauration rapide et café sans service aux tables2,14%0$
    Uber9.40%10%
    Application de livraison de repas10,26%10%

    Sans grande surprise, la norme en matière de pourboires dans les restaurants avec service aux tables est de 15%. Bien que 68% des Canadiens laissent typiquement 15% de pourboire, il y a presque autant de gens qui laissent moins de 15% (soit 14% des Canadiens) que de gens qui en laissent plus (soit 18% des Canadiens).

    Du côté des établissements sans service aux tables, où le pourboire n’était pas de mise il n’y pas si longtemps, pas moins de 24% des Canadiens admettent y laisser des pourboires. Le montant moyen de 2% en pourboire n’a pas une grande signification, puisque le calcul tient compte des 76% de Canadiens qui ne laissent aucun pourboire dans ces établissements. Par contre, les Canadiens qui laissent un pourcentage de pourboire dans ces établissements donnent en moyenne pas moins de 9,5%!

    Un autre fait qui ressort de cette partie du sondage est la proportion de gens qui ne laissent aucun pourboire à leur chauffeur Uber, soit 25% des Canadiens, tandis que pas moins de 37% des Canadiens laissent 15% de pourboire ou plus. Bref, malgré la moyenne de 9%, le pourboire qu’on doit laisser aux chauffeurs Uber ne fait pas consensus. Cette anomalie s’explique sans doute par le fait qu’il n’était pas possible de laisser un pourboire via Uber avant 2017.

    Combien de pourboire les Canadiens laissent par groupe d’âge

    GénérationPourboire moyen
    (restaurants avec service aux tables)
    Adultes de la génération Z (18-27)16,58%
    Millénariaux (28-43)14,77%
    Génération X (44-59)15,05%
    Baby Boomers (60-78)15,24%
    Génération d’après-guerre (79 ans et plus)13,85%

    La véritable révélation concernant les pourboires par tranches d’âge est la générosité des adultes de la génération Z (18 à 27 ans), qui se distinguent comme les plus généreux donneurs de pourboires. La seconde place revient aux baby-boomers, dont la générosité est moins étonnante étant donné leur pouvoir d’achat élevé.

    Demander des pourboires via les terminaux de paiement

    La proportion de transactions réalisées en argent comptant dans les commerces canadiens est passée de 60% en 2008 à 10% en 2021, selon Statista. L’immense majorité des Canadiens règlent ainsi leurs achats avec leur carte de crédit (ou de débit), et doivent donc répondre aux questions des terminaux de paiement. 

    Cette réalité, combinée à la pénurie de personnel dans le commerce de détail, a créé un environnement propice à l’inflation des pourboires. En effet, les marchands semblent avoir identifié les pourboires comme un moyen efficace de retenir leurs employés sans pour autant augmenter les salaires, et les terminaux de paiement leur ont permis de demander à leurs clients de payer la note.

    Les résultats de notre sondage démontrent que ce stratagème fonctionne… jusqu’à un certain point. En effet, 62% des répondants rapportent avoir laissé un pourboire plus élevé que prévu en raison des choix présentés par le terminal de paiement, que ce soit en calculant le pourcentage de pourboire sur le total après taxes ou en présentant des pourcentages de pourboire plus élevés. Malgré tout, cela ne veut pas dire que les Canadiens donnent plus de pourboire partout où ils vont, comme en font foi les résultats de notre sondage.

    Là où l’impact des terminaux sur les habitudes des Canadiens semble plus durable, c’est au niveau du type de commerce dans lesquels les Canadiens trouvent normal de donner du pourboire. Ce sont donc les cafés, les boulangeries et les restaurants sans service aux tables qui semblent bénéficier le plus de l’inflation des pourboires. En effet, 65% des répondants ont rapporté avoir laissé un pourboire uniquement parce que le terminal de paiement offrait cette option. Qui plus est, l’impact de cette tendance s’observe aussi dans la proportion de Canadiens (pas moins de 24%) laissant des pourboires dans ces établissements.

    Peu de différences entre les Québécois et les Canadiens des autres provinces

    Le Québec est une société distincte du Canada à bien des égards, mais en matière de pourboire, il ne semble pas y avoir de différences notables. Les pourcentages de pourboire laissés par les Québécois sont tellement similaires à ceux laissés par les Canadiens d’autres provinces qu’on ne peut accorder aucune signification aux fractions de pourcentages de différence.

    À titre d’exemple, le pourboire moyen laissé par les Québécois dans les restaurants avec service s’élève à 15,16%, contre 15,12% du côté des Canadiens des autres provinces. Par contre, en analysant la distribution des pourboires laissés, on constate que les Québécois sont moins nombreux à diverger de la norme de 15%. En effet, pas moins de 81% des répondants au Québec ont rapporté donner exactement 15% de pourboire dans ces établissements, contre seulement 57% pour les Canadiens de l’extérieur du Québec. En d’autres mots, les Québécois laissent plus rarement de mauvais pourboires… mais laissent aussi plus rarement de gros pourboires.

    Infographie: Les pourboires au Canada en 2024

    Si vous voulez en savoir plus sur le sondage sur les pourboires de Hardbacon, je vous invite à consulter cette infographie qui dévoile non seulement les pourboires moyens laissés, mais aussi la distribution des réponses. Nous avons également inclus dans cette infographie une section dédiée aux commentaires qualitatifs des répondants.

    Trois conseils pour faire face à l’inflation des pourboires

    Comme on le constate dans les résultats du sondage, l’inflation des pourboires est loin de faire l’objet d’un consensus. En 2024, il est encore possible de fréquenter les restaurants et les cafés sans se ruiner. Voici donc trois conseils pour survivre financièrement à l’inflation des pourboires.

    1. Choisissez l’option «Sur mesure» et calculez-vous même le pourboire

    Maintenant que vous connaissez les normes canadiennes en matière de pourboire, vous ne serez plus influencés par les options présentés par les terminaux de paiement. Prenez donc l’habitude de choisir l’option “Sur mesure” et de calculer vous-même le pourboire que vous souhaitez laisser, en appliquant le pourcentage de pourboire que vous souhaitez laisser sur le total avant taxes. Un truc pour éviter de se casser la tête dans les restaurants (avec service aux tables) est de laisser exactement trois fois le montant de la TPS, ce qui équivaut à laisser 15% du total avant taxes. Si le service était exceptionnel et que vous voulez récompenser votre serveur, libre à vous de donner plus… mais vous ne devriez pas vous sentir obligés.

    2. N’hésitez pas à ne pas laisser de pourboire dans les établissements sans service

    Dans tous les établissements sans service aux tables, la norme est de ne pas laisser de pourboire. Par conséquent, vous ne devriez pas vous sentir coupable de sélectionner l’option «Non merci». Si vous avez du mal à cliquer sur ce bouton, prenez l’habitude de payer en argent comptant dans ce type de commerce. Vous verrez que personne ne vous demandera si vous voulez ajouter un pourboire de vive voix. Et, encore une fois, si vous voulez faire plaisir à la personne derrière le comptoir, libre à vous de laisser un pourboire!

    3. Optez pour une carte de crédit avantageuse dans les restaurants

    Si fréquenter les restaurants avec services aux tables fait partie de vos plaisirs coupables, vous n’aurez pas le choix de payer un pourboire. Par contre, en choisissant la bonne carte de crédit, vous pouvez obtenir des remises en argent sur ces dépenses. À ce chapitre, la carte sans frais Néo Crédit se démarque en offrant des remises généreuses allant jusqu’à 10%, mais seulement dans les restaurants partenaires, qui incluent notamment des chaînes comme Boston Pizza des indépendants comme l’institution montréalaise Schwartz’s. Pour ceux qui ne veulent pas choisir leur restaurants en fonction d’une liste de partenaires, la carte American Express Or de la Banque Scotia vous permet d’obtenir 5 points Scene+ pour chaque dollar dépensé dans les restaurants, ce qui équivaut à une remise de 5% sur les dépenses de restauration.

    Share with FacebookShare with FacebookShare with TwitterShare with TwitterShare with Twitter

    Julien a co-fondé Hardbacon pour aider les Canadiens à prendre de meilleures décisions en matière d’investissement. Depuis, il a levé plus de trois millions de dollars et conclu des partenariats stratégiques avec des institutions financières de partout au pays. Avant de lancer Hardbacon, Julien a partagé sa passion pour les finances personnelles et la Bourse en tant que journaliste économique pour Les Affaires. Il a aussi passé le Cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada (CCVM) et, au fil des ans, a collaboré à différents médias incluant Radio-Canada, LCN et Urbania.