Melissa, 49 ans, est la reine de l’immobilier qui profite d’une retraite anticipée dans le sud ensoleillé de l’Ontario. Lorsqu’elle n’est pas en train de voyager avec sa famille, elle documente son périple vers la retraite et rédige du contenu sur son blogue, Our Life Financial.  Avec une sensibilité chaleureuse, honnête et terre à terre, Melissa présente des idées concrètes et remet en question notre relation émotionnelle avec l’argent. 

Le portefeuille d’investissement de Melissa repose en grande partie sur des revenus d’investissement dans l’immobilier. Si vous vous dites “tant mieux pour elle, elle a probablement commencé tôt”, vous avez raison. Mais Melissa le sait et ne ferme pas les yeux sur l’état dystopique du marché immobilier actuel. 

Elle comprend parfaitement que son incursion dans l’immobilier a été un peu comme avoir une poussée dans le dos juste avant le décollage. Mais si le timing a pu lui apporter un peu de chance, c’est sa ténacité et sa perspicacité financière qui lui ont permis d’atteindre de nouveaux sommets. 

L’analphabétisme financier est une épidémie silencieuse, et beaucoup d’entre nous quittent le nid familial sans être préparés à la route qui nous attend. Mais ce n’est pas entièrement notre faute. L’argent était un sujet dont on ne parlait pas beaucoup étant jeune. Naviguer dans le monde de la finance ressemble beaucoup à essayer de trouver la salle de bains dans le noir – en tâtonnant maladroitement le long des meubles et en commettant des erreurs financières majeures qui font presque aussi mal que de se cogner l’orteil sur le coin du bureau. 

C’est un cercle vicieux où l’aveugle guide l’aveugle. L’éducation financière d’aujourd’hui n’est qu’un cours accéléré à l’école de l’adversité – au lieu d’un professeur qui nous transmet sa sagesse, nous apprenons par essais et erreurs. 

L’économie n’est plus celle de nos parents. Nous avons une chance infime de prendre notre retraite au-dessus du seuil de pauvreté alors que nous sommes diplômés, dans des emplois qualifiés peu rémunérés, sous une montagne de dettes d’études et dans un marché immobilier surgonflé qui a dépassé le revenu moyen des Canadiens de près de 400 % (selon l’endroit où vous vivez). 

Si le climat économique actuel vous rend un peu mélancolique, vous n’êtes pas seul. Mais Melissa vous offre le genre de conseils si évidents et que vous auriez aimé entendre de la part des personnes chargées de vous apprentissage. Tout commence par un changement de votre relation avec l’argent.

Plus facile à dire qu’à faire, non ? Se débarrasser de ce genre de bagage émotionnel n’est pas chose facile, mais c’est nécessaire pour que vous puissiez contrôler votre argent au lieu que ce soit elle qui vous contrôle.

D’une voix maternelle à la fois chaleureuse et sensée, Melissa nous guide dans le processus de réorganisation de nos priorités, de fixation d’objectifs réalistes et dans la manière d’investir dans l’immobilier même lorsque l’accession à la propriété n’est pas vraiment accessible. 

 

Pouvez-vous détailler pour nos lecteurs comment vous avez remboursé votre prêt hypothécaire en seulement 5 ans ? 

Tout d’abord, permettez-moi de dire que nous avons grandi à une époque où les propriétés étaient beaucoup plus raisonnables par rapport au salaire moyen. Les prix de l’immobilier ont explosé dans tout le pays au cours des deux dernières années, et maintenant le coût d’une maison par rapport au salaire moyen est tout à fait disproportionné. Je ne peux pas m’imaginer payer un prêt hypothécaire en 5 ans aujourd’hui.

Notre première demeure a coûté 84 900 $. Elle était bon marché et avait grand besoin de rénovations importantes. À l’époque, le prix moyen d’une première résidence était d’environ 130 000 $. Nous avons choisi d’acheter une maison à retaper parce qu’elle était beaucoup moins chère et que nous pensions pouvoir gagner de l’argent en la rénovant et en la vendant plus tard. Nous étions au début de la vingtaine, mon salaire était de 23 000 $ et celui de mon mari de 36 000 $. Prenez un moment et considérez notre revenu combiné et le coût d’une première maison moyenne à l’époque. Les prix d’aujourd’hui sont complètement irréalistes par rapport au salaire moyen d’un ménage. 

Cette première maison n’est pas l’hypothèque que nous avons remboursée en 5 ans, mais elle nous a enseigné notre plus grande leçon sur la dette hypothécaire. L’hypothèque était amortie sur 25 ans à 8,5 %, si bien que 6 ans plus tard, lorsque nous avons vendu la maison, le solde de notre hypothèque était relativement le même. Cela nous a choqués, et nous a appris à vraiment réfléchir à l’amortissement et à la façon dont, pour quelques centaines de dollars de plus chaque mois, nous pourrions réduire de 10 ans l’amortissement de notre prochaine maison.  

Nous avons vendu cette première maison en réalisant un bénéfice, et nous nous sommes retrouvés avec un prêt hypothécaire de 128 000 $ à un taux d’intérêt de 5,9 % pour notre prochaine maison. J’ai repris le travail, après être restée à la maison pendant quelques années pour élever nos enfants, et j’ai placé tout mon salaire sur un compte d’épargne séparé. Nous étions tellement habitués à vivre avec un seul salaire pendant toutes ces années où je ne travaillais pas, que maintenant, tout cet argent supplémentaire était un bonus. Par la suite, nous avons effectué un paiement forfaitaire pour le prêt hypothécaire chaque année. Cela a accéléré notre calendrier de remboursement, et nous n’avions plus de dettes 5 ans plus tard. 

Y a-t-il eu pour vous un moment décisif qui a mis en route votre voyage ? 

Notre moment décisif a été lorsque nous nous sommes libérés de nos dettes en remboursant l’hypothèque de notre deuxième maison.  Nous étions dans la trentaine et nous avons réalisé que si nous n’avions pas quelque chose à épargner, nous allions dépenser notre argent de manière frivole, alors nous avons acheté notre première propriété de location de vacances.  Nous avons poursuivi le même plan que précédemment, en utilisant mon salaire pour effectuer des versements forfaitaires pour le prêt hypothécaire.  C’est alors que nous avons réalisé qu’une retraite anticipée était envisageable si nous continuions sur cette voie. 

Sur votre blog, vous parlez de l’importance d’avoir un plan clair avec des objectifs spécifiques. Pouvez-vous nous dire comment vos objectifs vous ont aidé à arriver là où vous êtes aujourd’hui ? 

J’ai toujours eu des objectifs financiers, dès que j’ai obtenu mon diplôme universitaire.  J’ai une personnalité de type A et je suis une grande planificatrice, alors que mon mari est plus spontané.  Nous avions un plan sur plusieurs années qui déterminait où nous voulions être dans 5 ans, puis dans 10 ans, etc.  Nous faisions occasionnellement des contrôles pour voir nos progrès, mais nous ne nous stressions pas pour autant.  Si nous y arrivions, tant mieux, si cela nous prenait plus de temps, tant pis.  

Plusieurs fois au cours de notre voyage, des opportunités se sont présentées à nous et nous les avons saisies.  Elles n’étaient pas prévues dans notre plan, mais heureusement, nous étions prêts à accepter de nouvelles idées.  Les gens doivent être flexibles dans leurs objectifs pour ne pas perdre de bonnes opportunités.  Ce sont souvent ces opportunités aléatoires qui peuvent conduire aux meilleures décisions.

 

Pouvez-vous décrire votre portefeuille d’investissements pour nos lecteurs ?

Jusqu’à récemment, nous avions deux propriétés locatives.  L’une était notre maison de vacances Airbnb dans l’État de New York, que nous avons vendue en novembre, et nous possédons toujours une location pour étudiants dans le sud de l’Ontario.  Nous avons également un portefeuille d’actions donnant droit à des dividendes. 

En tant qu’actionnaire, je possède la Banque Royale, la Banque de Nouvelle-Écosse, la Banque de Montréal et la Banque TD et j’ai été client de chacune d’elles.  Je possède également la Banque Laurentienne parce qu’elle est la première Banque canadienne à embaucher une femme comme PDG. 

 

Pourquoi avez-vous choisi cette stratégie particulière ? 

J’ai grandi en entendant parler d’argent autour de la table, mais je n’ai jamais eu l’occasion d’investir jusqu’à ce que nous soyons libérés de nos dettes.  À cette époque, ma mère m’a encouragée à ouvrir un compte de placement direct et j’ai commencé à investir dans des actions en suivant ses suggestions (BNS, TRP, ENB ont été les premiers achats que j’ai faits). Mes parents avaient toujours géré eux-mêmes leur portefeuille, alors l’idée que quelqu’un d’autre le fasse pour moi ne m’a jamais traversé l’esprit. Lorsque mon mari et moi avons acheté notre premier bien locatif, nous nous sommes concentrés sur le remboursement de l’hypothèque le plus rapidement possible.  Nous n’avons recommencé à nous concentrer sur notre portefeuille d’actions qu’en 2020, après avoir vendu notre propriété aux États-Unis.

 

Utilisez-vous un REER ou un CELI dans le cadre de votre stratégie ?

J’ai un REER et un CELI, mais je n’utilise mon REER que si j’ai besoin d’une réduction d’impôt, sinon, je me concentre principalement sur la constitution du CELI.

 

Quel courtier en placements utilisez-vous et pouvez-vous nous dire pourquoi vous l’avez choisi ? 

J’utilise des courtiers bancaires pour mes placements et j’ai récemment commencé à utiliser Wealthsimple.  Chaque banque offre un service similaire, à mon avis. Il peut y avoir de légères différences, mais dans l’ensemble, elles offrent à peu près la même chose.  Je trouve également que les transactions par ” ordre à cours limité ” sont exécutées plus rapidement par le biais du courtage bancaire qu’elles ne le seraient sur Wealthsimple, mais ce dernier est excellent pour un nouvel investisseur qui débute et construit son portefeuille, car les transactions sont gratuites. 

 

Utilisez-vous un robo-advisor ou gérez-vous votre propre portefeuille ? 

Je gère entièrement mon propre portefeuille, y compris le compte conjoint avec mon mari.  Mon mari gère son propre CELI.

 

Vous dites que le fait de ne pas investir est l’un des principaux obstacles à l’indépendance financière.  Beaucoup de gens n’investissent dans rien parce qu’ils trouvent le processus écrasant, compliqué et effrayant. Que diriez-vous à une personne qui se sent trop intimidée pour investir ? Par où doit-il commencer et quelle est la première chose qu’il doit faire ? 

Tout semble intimidant au départ si l’on n’y est pas familiarisé, et l’investissement n’est pas différent.  Plus les gens en apprennent sur le sujet, moins ils sont intimidés.  Le pouvoir de la capitalisation est une chose merveilleuse, et dès que les gens commencent à investir, ils comprennent son pouvoir, mais ils doivent commencer le processus et faire le premier pas.  

Il y a tellement de ressources en ligne ou sur papier qui peuvent aider les gens à en apprendre davantage sur le sujet, en plus de demander l’avis d’un conseiller financier.  Bien que je n’aie pas personnellement recours à un conseiller, ils sont certainement bénéfiques pour quelqu’un qui, autrement, n’aurait pas saisi l’occasion d’investir par lui-même. 

Quels conseils pouvez-vous donner à quelqu’un qui est sur le point d’acheter sa première propriété à revenu ? Quels sont les défis inattendus que vous avez rencontrés et que vous auriez aimé connaître à l’avance et comment les avez-vous surmontés ? 

Nous avons grandi à une époque différente, et même si nous avons possédé 5 propriétés, et en possédons toujours 2, nous n’avons jamais payé plus de 300 000 $ pour une seule d’entre elles. Aujourd’hui, les maisons de base coûtent 800 000 dollars et je ne peux pas m’imaginer être un jeune couple qui débute.  Compte tenu de ces prix, il serait difficile d’avoir un amortissement inférieur à 25 ans, simplement à cause du coût de la maison. C’est un énorme défi pour la jeune génération, y compris mes enfants.  

En revanche, les biens locatifs sont des investissements qui ne cessent de rapporter.  Si vous souhaitez devenir propriétaire de votre première maison, je vous encourage à rechercher des propriétés qui peuvent être converties en deux logements, c’est-à-dire qu’une partie de la maison est un appartement séparé qui peut être loué.  Avoir des locataires pour vous aider à rembourser votre hypothèque est une idée merveilleuse et les locataires n’ont pas besoin de rester pour toujours, et vous n’avez pas non plus besoin de posséder la même maison pour toujours.  Ce n’est qu’une façon d’entrer sur le marché. 

Si vous envisagez strictement de posséder un bien locatif mais que les prix sont trop élevés, pensez à rejoindre un groupe d’investissement immobilier.  Non seulement vous rencontrerez des personnes partageant les mêmes idées, mais vous pourrez peut-être travailler en partenariat avec quelqu’un pour acheter votre première propriété.  Les chefs de groupe peuvent devenir d’excellents mentors pour vous aider à commencer votre parcours d’investissement immobilier.

 

Pouvez-vous nous dire ce que vous pensez des cartes de crédit et des lignes de crédit ? 

Il est important de se constituer sa propre cote de crédit en tant que femme, car une fois mariée, toutes les cartes de crédit suivantes seront généralement sous la cote de votre mari. J’ai encore ma première carte de crédit, et j’encourage toutes les femmes à obtenir leur propre carte, à leur nom, en fonction de leur emploi et/ou de leur cote de crédit.  Une fois que vous en avez une, ne l’abandonnez jamais.  

Je dirais que le principal outil que nous avons utilisé est notre ligne de crédit.  La possibilité de rembourser autant que l’on veut, ou de faire le paiement minimum des intérêts seulement si nécessaire, était merveilleuse.  Cela permet de réduire le stress, de prendre des décisions financières rapides et d’avoir accès à l’argent en quelques secondes. 

 

Pouvez-vous nous faire part de quelques-unes de vos astuces préférées pour économiser de l’argent ? 

Nous n’avons jamais acheté de nouvelles voitures pendant notre parcours vers la liberté financière.  Nos voitures avaient toujours au moins 10 ans ou plus, et nous les avons conduites jusqu’à ce qu’elles meurent.  Nous avons acheté notre premier véhicule neuf il y a un peu moins de deux ans.  Nous aurions pu facilement acheter une nouvelle voiture plusieurs fois au lieu d’une propriété locative, mais pourquoi ?  Nous avons toujours considéré la situation dans son ensemble et la façon dont elle pouvait nous faire gagner de l’argent à long terme, et cela nous a toujours guidés dans nos décisions.

De plus, lorsque nous voyageons, nous louons généralement un appartement ou une maison où nous pouvons faire notre propre cuisine.  Manger à l’extérieur coûte une fortune et peut vraiment faire grimper le prix des vacances, surtout si l’on considère l’achat quotidien du petit-déjeuner, du dîner et du souper.  Cela ne veut pas dire que nous ne mangeons pas du tout au restaurant, nous choisissons simplement de cuisiner certains repas nous-mêmes, comme le petit-déjeuner. Nous faisons également beaucoup de recherches avant d’acheter quoi que ce soit, afin de trouver les meilleures offres possibles.

 

Avez-vous un budget strict ou une stratégie qui vous permet de maîtriser vos dépenses ?  

Lorsque nous étions dans la vingtaine et au début de la trentaine, nous devions maintenir un budget strict, car nos paiements hypothécaires étaient fixes.  Je me souviens de nombreux mois où notre compte bancaire était à découvert.  Cependant, une fois que nous avons acheté notre première propriété locative, nous n’avions plus un budget aussi serré parce que nous avions des revenus locatifs et que nous pouvions faire des paiements d’intérêts seulement puisque nous avions une ligne de crédit plutôt qu’un prêt hypothécaire.  Je n’ai pas vraiment maintenu un budget strict depuis.  Nous achetons ce que nous voulons, mais jamais en excès et n’avons jamais eu de dettes de consommation.

 

Comment gérez-vous les dérapages et les dépenses imprévues ? 

Lorsque j’épargnais mon salaire sur un compte d’épargne séparé pour le mettre sur le prêt hypothécaire, c’était notre fonds d’urgence.  Cela créait un problème, car une fois que nous utilisions cet argent, le solde du compte était presque nul.  Si une urgence était survenue à ce moment-là, nous n’aurions pas eu de plan de secours et nous aurions été en difficulté.  

Lorsque nous avons acheté notre première propriété locative, nous avons eu une ligne de crédit.  Le paiement minimum ne comportait que des intérêts, de sorte que nous savions qu’en cas d’imprévu, nous n’aurions qu’à effectuer ce paiement minimum si nécessaire.  Nous avons dû augmenter le solde à l’occasion, mais je ne me souviens pas que cela nous ait causé un stress excessif. Notre dette a toujours été minime par rapport à notre capital, donc jamais trop inquiet.  Au moins, nous pouvions toujours vendre l’immeuble locatif, ce qui nous aidait à moins nous inquiéter.

Dans l’un de vos premiers articles, vous dites que tout le monde peut devenir millionnaire s’il le veut vraiment et s’il travaille dur. Mais est-ce vraiment vrai pour tout le monde ? Comment les personnes gagnant le salaire minimum peuvent-elles atteindre la sécurité financière ? 

Plus une personne gagne de l’argent, plus il est facile d’obtenir la sécurité financière, mais cela ne signifie pas qu’une personne qui gagne le salaire minimum (environ 30 000 $ par an) ne peut pas se constituer une bonne base financière.  Cela signifie simplement que cela peut lui prendre plus de temps. La clé de la sécurité financière est d’être avisé, c’est-à-dire de vivre selon ses moyens. 

Je n’ai jamais dit que l’indépendance financière serait facile. Elle est difficile. Il faut beaucoup de discipline et il faut que des opportunités se présentent – qu’il s’agisse d’un nouvel emploi, d’un déménagement dans une région où le coût de la vie est moins élevé, ou d’un nouvel investissement ou d’une opportunité d’affaires – il faut simplement être prêt à envisager d’autres options et à tracer sa propre voie. 

 

Quel a été l’un des moments les plus marquants de votre parcours ?  

Les moments les plus importants de mon parcours ont été de constater le pouvoir de l’immobilier.  Je pense que tout le pays peut voir à quel point il est puissant maintenant, même s’il est complètement hors de contrôle.  La question est de savoir si ça va continuer sur cette trajectoire.  Je pense que les gens se lasseront du processus d’enchères à l’aveugle, mais ces prix élevés sont peut-être là pour rester dans un avenir prévisible.  Les prix des maisons de mes jeunes années ont disparu depuis longtemps.  Je ne vois même pas revenir les prix d’avant la pandémie, et il sera difficile d’accéder à la propriété à partir de maintenant. Nous avons eu beaucoup de chance d’avoir ces opportunités. 

 

Pouvez-vous décrire un moment qui vous a donné envie d’abandonner ? Qu’est-ce qui vous a aidé à continuer ? 

Nous aurions probablement gardé notre propriété dans l’État de New York pendant plusieurs années encore, mais il était difficile d’accepter de ne pas pouvoir traverser la frontière et de devoir compter sur des personnes pour la gérer à plein temps pour nous.  Nous avons toujours été des propriétaires actifs. Avec le recul, tout s’est arrangé pour le mieux, mais si vous nous aviez demandé au début de 2020 si nous allions vendre, la réponse aurait été “non”.  Je ne répéterai jamais assez combien il est important de rester flexible dans ses décisions d’investissement.  Vous ne savez jamais quand les choses vont changer, et vous devez être prêt à changer avec elles.  

Si la liberté financière et la retraite anticipée ne nous convenaient pas, nous continuerions à travailler ou nous réduirions nos effectifs en vendant notre maison.  Il y a toujours des options, et c’est pourquoi il ne faut pas être trop rigide sur ses objectifs.  La vie est dure et, parfois, la réalité change pour diverses raisons. Lorsque cela se produit, il faut évaluer et déterminer les prochaines étapes.  

 

Quelle est la seule chose que vous savez maintenant et que vous auriez aimé savoir avant de commencer FIRE ?

Je n’ai jamais pensé à la retraite quand j’étais jeune.  Qui le fait à cet âge quand c’est si loin ? Je n’ai jamais posé de questions sur les plans de retraite lorsque je travaillais.  Ce n’est que bien plus tard que j’y ai pensé.  Si nous avions profité de l’investissement plus tôt, nous serions beaucoup plus avancés aujourd’hui.  N’attendez pas. 

 

Avez-vous l’impression que votre parcours FIRE vous a changé ? 

Il m’a rendue plus consciente de l’importance de l’éducation financière. J’ai eu la chance de grandir dans une famille qui parlait ouvertement d’argent et qui expliquait pourquoi elle prenait ces décisions. C’était un cadeau rare. Beaucoup de gens affrontent le monde et apprennent par essais et erreurs, et certaines erreurs, comme les dettes de consommation, peuvent prendre des années à corriger.  

J’encourage tout le monde à apprendre autant que possible, le plus tôt possible. J’ai peut-être atteint l’âge de la retraite, mais je continue à apprendre, et il y a tellement de blogueurs extraordinaires qui partagent leurs histoires en ligne. C’est la raison pour laquelle j’ai créé mon propre blog. Si je peux encourager une autre personne à commencer à penser à son argent et à investir, je serai heureuse.  

Ça vous dirait d'épargner des centaines de dollars en frais de transaction?

Trouvez le meilleur courtier en ligne en fonction de vos besoins


Trouver le meilleur courtier