Si vous avez suivi le mouvement FIRE ces dernières années, vous avez peut-être entendu l’histoire de Kristy Shen et Bryce Leung.

Si ce n’est pas le cas, ce jeune couple canadien a fait les gros titres en 2016 lorsqu’il a réussi à économiser un million de dollars et à quitter son emploi dans le secteur technologique de Toronto pour prendre une retraite hâtive. Depuis lors, ils ont visité plus de 40 pays.

Après des années à parcourir le monde, les self-made millionnaires ont décidé de partager leur voyage à travers leur blogue. Ils ont également coécrit un guide de mémoires et de savoir-faire intitulé “Quit Like a Millionaire“, qui a été publié en 2019.

Ils ont pu prendre une retraite hâtive en dé crochant des emplois bien rémunérés, en épargnant de manière agressive, en faisant des investissements intelligents et en n’étant pas obsédés par la possession d’une maison. Bryce a déclaré à Global News que suivre ce que tout le monde fait signifie que vous allez vivre comme tout le monde. Mais être un non-conformiste n’a pas toujours été le plan.

 

Comment ça s’est passé?

Au début, le couple a suivi la voie classique et normative que leurs parents leur ont donnée : trouver un bon emploi, acheter une maison et prendre sa retraite à 65 ans avec une grosse pension. Ils sont tous deux issus de milieux chinois et leur culture valorise la propriété.

Kristy et Bryce se sont rencontrés à l’université. Des années plus tard, ils se sont mariés et se sont installés à Toronto. Ils travaillaient tous les deux comme ingénieurs en informatique et avaient déjà épargné une importante somme (500 000 $) comme acompte pour une maison.

Ce n’est que lorsqu’ils ont commencé à chercher une maison à Toronto que les coûts élevés de l’immobilier leur ont fait réaliser à quel point le marché était dément. Ils se sont alors demandé si l’achat d’une maison était vraiment une bonne idée. Ils n’étaient pas prêts à utiliser tout cet argent et à contracter un énorme prêt hypothécaire pour acheter une maison.

Poussé par la curiosité, le couple s’est aventuré dans le terrier du FIRE. Ils ont abandonné le projet d’acheter une résidence personnelle coûteuse et se sont plutôt concentrés sur l’épargne de plus de 75 % de leur revenu commun après impôt.

C’était en 2012 et le montant s’élevait à plus de 150 000 $, qu’ils ont investi sur le marché financier. Avance rapide jusqu’en 2014, et leur épargne avait atteint un million de dollars. Leur portefeuille était composé d’actions (60 %) et d’obligations (40 %). Un an avant de prendre leur retraite, ils avaient déjà mis de côté 25 000 dollars dans un compte de fonds d’urgence.

 

Ambassadeurs FIRE 

Kristy et Bryce sont de fervents adeptes du mouvement FIRE. Depuis qu’ils ont quitté leur emploi, ils passent leur temps à parcourir le monde avec un budget annuel de 40 000 dollars. Ils ont expliqué de quelle manière ils ont réussi à constituer leur pécule d’un million de dollars et comment ils ont continué à le faire fructifier malgré le fait qu’ils aient quitté leur emploi pour voyager dans le monde entier.

La grande question est de savoir si tout le monde peut réussir ce que le couple a fait, comme le croient les adeptes du mouvement FIRE. Kristy dit qu’il y a trois choses qui inquiètent beaucoup de gens dans le mouvement FIRE. Il s’agit de la perte d’argent, de la communauté et de l’identité. Aucune de ces 3 craintes ne s’est réalisée pour le couple.

 

Salaire à six chiffres et indépendance financière

Un portefeuille d’un million de dollars était l’objectif du couple. Kristy pensait que cet argent la libérerait de son travail et la propulserait dans la vie dont elle avait toujours rêvé, celle de l’écriture et des voyages.

Le couple est convaincu que même les personnes ayant un revenu modéré peuvent atteindre l’indépendance financière. Ils donnent l’exemple d’un vendeur de voitures canadien qui a quitté son emploi de 30 000 $ par an et s’est installé en Corée du Sud pour travailler comme professeur d’anglais en langue seconde. Bien que son salaire n’ait pas beaucoup changé, il a réussi à économiser les deux tiers de son salaire. Cela signifie que même si vous avez du mal à augmenter vos revenus, vous pouvez réduire votre coût de vie si vous êtes prêt à vous installer dans un endroit moins cher.

 

Salaire vs frais de scolarité

Kristy et Bryce reconnaissent qu’un salaire élevé n’est pas la seule voie vers la retraite hâtive. Mais comme ils ont tous deux étudié l’ingénierie informatique, ils ont tout intérêt à choisir une carrière qui garantit un bon salaire.

Kristy a vécu sa petite enfance dans la Chine rurale, dans une extrême pauvreté. Plutôt que par passion, elle a appris à faire des choix basés sur le pragmatisme dès son plus jeune âge. Sa famille a déménagé au Canada lorsqu’elle avait 8 ans.

Lorsqu’elle a dû choisir une carrière à l’université, l’écriture créative était son premier choix. Mais elle devait calculer les coûts avant de commencer à payer les frais de scolarité. Deux autres options : L’ingénierie informatique et la comptabilité, étaient plus intéressantes pour elle, compte tenu des frais de scolarité et du salaire futur.

Pour déterminer le domaine qui lui rapporterait le plus, elle a fait des calculs. Si l’on considère le salaire par rapport aux frais de scolarité, la création littéraire n’était pas du tout en tête de liste. Mais elle a fini par réaliser son rêve de devenir écrivain et a déjà un livre à succès à son actif.

 

A quel point la stratégie d’investissement FIRE est-elle bonne?

Lorsqu’ils sont passés à la retraite, Kristy et Shawn ont réparti leurs investissements entre les actions (60 %) et les obligations (40 %). Peu de temps après, ils ont commencé à ressentir la pression. C’était en 2015, qui a été une mauvaise année pour le marché boursier canadien.

Au lieu de paniquer, le couple a maintenu ses cotisations, conservé la répartition des actifs et continué à investir via leur  compte de courtage. Leur portefeuille a donné les résultats escomptés.

Le couple a temporairement renforcé son portefeuille de FNB avec des actifs à rendement plus élevé, tels que des obligations de sociétés, des sociétés de placement immobilier et des actions privilégiées. Tout cela était destiné à augmenter leur trésorerie pendant la chute des prix du pétrole et à réduire les risques de puiser dans leur capital, ce qui aurait accru la probabilité de faire faillite.

La stratégie a fonctionné pour eux.

 

Comment le COVID-19 a affecté les nomades numériques

Lorsque la pandémie de coronavirus a éclaté en mars, Kristy et Bryce séjournaient dans un appartement à 650 $ par mois en Thaïlande. Ils ont dû prendre l’avion pour rentrer et se confiner à Toronto. Pour la première fois en 5 ans, ils ont été obligés d’arrêter de voyager.

Ils se sont installés dans un Airbnb à 950 $ par mois, la plus grande différence dans cette nouvelle vie de confinement étant le lieu. Alors que leur programme de voyage habituel était souvent centré sur des projets de passion, le bien-être et les amis, leur nouveau programme de confinement n’était pas très différent.

Ils prennent toujours le temps de méditer, mais au lieu de le faire avec des amis sur un toit, ils utilisent désormais une application. Ils mangent également de savoureux plats internationaux, mais ils les préparent désormais dans leur cuisine.

Ça vous dirait d'épargner des centaines de dollars en frais de transaction?

Trouvez le meilleur courtier en ligne en fonction de vos besoins


Trouver le meilleur courtier