Au temps où il était encore actif, Peter Lynch était reconnu comme l’un des meilleurs gestionnaires de portefeuille dans le monde. Il a obtenu ce statut alors qu’il était le gestionnaire de portefeuilles du fonds commun de placement Magellan. De 1977 à 1990, Peter Lynch a obtenu un taux de rendement annuel de 29,2 %. Son fonds a enregistré des performances constantes, battant le marché boursier américain presque tous les ans. Les actifs sous gestion du fonds sont passés de 18 millions à 14 milliards de dollars entre son entrée en poste en 1977 et son départ en 1990.

Peter Lynch est reconnu comme un investisseur axé sur la croissance. Il a fait sa marque en investissant dans des entreprises solides, compétitives et financièrement stables ayant un fort potentiel de croissance à long terme. Pour ce faire, Peter Lynch se démarquait en identifiant de petites entreprises occupant des créneaux de niche, qui offraient des perspectives de croissance intéressantes.

Peter Lynch est convaincu que les petits investisseurs peuvent avoir des avantages considérables par rapport aux gestionnaires de fonds professionnels. Pour Peter Lynch, investir en bourse n’est pas compliqué. Même qu’il soutient que, si l’analyse d’une entreprise commence à devenir trop compliquée, vous devriez oublier cette entreprise et passer au prochain appel.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Peter Lynch n’a pas fait comme tout le monde. Ses convictions en matière de placement s’opposent à celles les plus communément répandues.

Sa philosophie provient en partie de son éducation. Au lieu d’occuper les bancs au côté des étudiants en mathématiques, statistiques ou comptabilité, Peter Lynch a préféré étudié l’histoire, la psychologie et les sciences politiques. En effet, Peter Lynch convient que choisir des actions est plus une affaire de bon sens qu’une affaire de mathématique. Il s’oppose donc au recours aux mathématiques et aux approches quantitatives, qui sont omniprésentes à Wall Street. Il soutient que les connaissances en mathématique que l’on acquiert à l’école primaire sont suffisantes pour faire de bons choix d’investissement.

Peter Lynch à aussi sa propre opinion concernant les recommandations des professionnels de la finance. Plusieurs croient qu’un professionnel de la finance employé par une institution financières est plus apte à prendre une bonne décision d’investissement qu’un particulier. Pas Peter Lynch! Selon lui, un amateur possède plusieurs d’avantages par rapport aux professionnels.

D’abord, le professionnel a beaucoup plus de restrictions que l’amateur. La réglementation et les règles de conformité avec lesquelles il doit composer l’empêchent souvent de se démarquer de la foule. Par exemple, un gestionnaire doit se plier à plusieurs règles. Il doit n’investir que dans certaines actions que les comités ont choisies, de sorte que, pour plusieurs gestionnaires, les petites capitalisations prometteuses sont hors portée.

Les professionnels de l’investissement sont aussi généralement tenus de diversifier leurs placements et, donc, d’investir un petit pourcentage du capital qui leur est alloué dans une action. Ainsi, ils ne peuvent pas se permettre de miser gros sur une action à fort potentiel.

Les investisseurs amateurs n’ont pas à composer avec tous ces obstacles. Ils peuvent prendre leurs temps pour comprendre une industrie et saisir des opportunités auxquelles les professionnels n’ont pas forcément accès.

Si vous vous demandez si votre philosophie d’investissement ressemble à celle du talentueux Peter Lynch, je vous invite à réaliser notre quiz Quel investisseur êtes-vous?, que vous pouvez retrouver ci-dessous.