Vous voulez du Bitcoin avec ça? Le mardi 7 septembre 2021, McDonald’s a commencé à accepter les paiements en Bitcoin (BTC). Si c’est le genre d’adoption de la cryptomonnaie par le grand public que vous attendiez, navrée de vous décevoir mais, c’est seulement au Salvador. Les restaurants McDonald’s du Salvador ont commencé à accepter le BTC le jour même où leur gouvernement a officiellement reconnu le Bitcoin comme monnaie légale. Mais McDonald’s n’est pas le seul à monter à bord du crypto express.  Dans le monde entier, de nombreuses entreprises acceptent désormais le Bitcoin.

Plus surprenant encore, une semaine seulement après que le Salvador a légitimé la cryptomonnaie, plusieurs autres pays prévoient suivre le mouvement. Le Bitcoin est-il enfin entré dans le courant dominant? Ou s’agit-il d’une tendance financière éphémère? La monnaie numérique est un sujet brûlant, propice à des débats passionnés, mais il y a des arguments à faire valoir pour une adoption massive. Le Bitcoin doit-il être accepté partout? Voyons voir.

Qu’est-ce que le Bitcoin?

Bitcoin est le père du marché des cryptomonnaies. Son créateur, Satoshi Nakamoto, dont la véritable identité reste entourée de mystère, a créé Bitcoin avec une vision singulière : donner aux gens le pouvoir d’être leur propre banque. Mais pourquoi?

Selon Satoshi Nakamoto, le problème fondamental de la monnaie conventionnelle est toute la confiance qui est nécessaire pour qu’elle fonctionne. Il faut faire confiance à la banque centrale pour qu’elle ne dévalorise pas la monnaie, mais l’histoire des monnaies fiduciaires est pleine de violations de cette confiance, explique-t-il.

La valeur du Bitcoin n’est soutenue par aucun gouvernement ou banque centrale, et n’est pas liée à une marchandise comme l’or. Au contraire, la valeur est déterminée par les principes fondamentaux de la théorie économique classique : l’offre, la demande et le marché libre.

Bitcoin est décentralisé car il n’y a pas de tierce partie impliquée dans la transaction, comme un gouvernement ou une banque centrale. Au lieu de cela, Bitcoin fonctionne sur la technologie de paiement peer-to-peer (P2P). Vous utilisez déjà la technologie P2P avec Venmo aux États-Unis et Wealthsimple Cash au Canada. Vous pouvez envoyer du Bitcoin d’une valeur de 100 $ directement à quelqu’un sur Internet sans passer par une institution financière, et ce, de manière totalement anonyme. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une adresse de portefeuille numérique. Vous vous souvenez quand ApplePay était nouveau? C’est un portefeuille numérique. Regardez-le maintenant!

Tout le monde a accès au registre public, appelé la blockchain, qui enregistre et stocke toutes les transactions en Bitcoins jamais effectuées. Au lieu de noms et de numéros de comptes bancaires, vous voyez des transactions entre des adresses de portefeuilles alphanumériques. Bien sûr, le processus réel est un peu plus compliqué, mais vous comprenez le principe.

Qui utilise le Bitcoin?

Si vous venez d’entendre parler de la nouvelle monnaie numérique qui prend le monde d’assaut, il peut être difficile de se faire une idée d’une monnaie sans valeur intrinsèque. Qui utilise le Bitcoin? Et comment? La réponse pourrait vous surprendre.

Il n’y a pas que les trafiquants de drogue et les libertaires anti-gouvernementaux qui transfèrent leur argent sous terre. Votre serviteur, l’auteure de cet article, est une passionnée de cryptomonnaie. Et de grandes entreprises américaines comme Tesla, Paypal et Square sont aussi entrées sur le marché.

Saviez-vous que plusieurs grandes banques ont également investi dans le Bitcoin? S’il y a une chance de faire de l’argent, et beaucoup d’argent, il n’est pas surprenant que des institutions financières comme Goldman Sachs, Citibank et Morgan Stanley aient également mis la main sur le pot de miel numérique.

Ici, au Canada, notre plus grande maison de courtage en ligne, Wealthsimple, a été la première à proposer l’échange de cryptomonnaies sur une plateforme réglementée par le gouvernement fédéral. Donc, si vous continuez à souscrire au stéréotype selon lequel un utilisateur de Bitcoin est un « type » spécifique de personne, très différent de vous-même, vous avez tout simplement tort.

Bitcoin a été créé par des gens comme nous, pour des gens comme nous. Nous avons été les premiers à l’utiliser et, grâce à nous, le rêve de Satoshi Nakamoto de rendre le pouvoir financier aux gens commence à se concrétiser.

Mais il y a d’autres passagers improbables qui montent dans le train du Bitcoin : des gouvernements entiers. Dans le plus étrange des rebondissements, certains États-nations ont adopté l’or numérique qui avait été conçu à l’origine pour les contrecarrer. Mais pas n’importe quel gouvernement, non. Les pays en développement du tiers-monde adoptent les cryptomonnaies à une vitesse vertigineuse.

Pourquoi les pays du tiers-monde utilisent-ils le Bitcoin?

Lorsque vous entendez le terme « tiers-monde », vous pensez immédiatement à l’extrême pauvreté. Alors pourquoi une personne disposant de si peu de ressources se tournerait-elle vers quelque chose d’aussi risqué que les cryptomonnaies? La plupart des pays sous-développés partagent quelques caractéristiques clés qui font des cryptomonnaies une alternative intéressante à leur propre monnaie traditionnelle. Jetons un coup d’œil.

Accès limité aux services financiers

L’une des principales causes de la pauvreté est le fait que les gens n’ont tout simplement pas accès aux services financiers traditionnels tels que les comptes bancaires, les cartes de débit ou les prêts. Pour beaucoup de gens, il n’existe tout simplement pas d’infrastructure financière permettant de stocker le peu d’argent qu’ils possèdent dans un endroit sûr. Si c’est le cas, les coûts sont prohibitifs.

Dans le tiers-monde, la seule chose plus omniprésente que les Big Macs sont les smartphones et les cybercafés. Des pays comme le Nigeria, le Vietnam et les Philippines comptent parmi les plus gros utilisateurs de cryptomonnaies, grâce à l’explosion de l’accès à l’internet et aux téléphones intelligents.

La détention de Bitcoins est comme un compte bancaire de fortune pour les personnes qui n’ont pas accès à un compte traditionnel. Elle leur permet de stocker leur patrimoine et d’effectuer des transactions, ce qui est normalement impossible sans banque. Et les banques ont besoin d’un haut niveau de technologie et d’infrastructure pour fonctionner de manière sûre et efficace, ce que nous considérons comme un acquis en Amérique du Nord.

Instabilité politique et économique

Les pays qui connaissent un degré élevé d’instabilité économique ou de troubles politiques peuvent connaître une inflation rapide. C’est le cas lorsque le prix des biens et des services augmente de façon si rapide et spectaculaire que votre argent n’a plus le même pouvoir d’achat qu’auparavant. D’autres facteurs, comme la corruption politique et la mauvaise gestion budgétaire, peuvent également faire perdre sa valeur à votre argent.

Dans les pays connaissant un taux d’inflation élevé, les cryptomonnaies comme le Bitcoin sont un moyen pour les gens de protéger le pouvoir d’achat de leur argent; en quelque sorte, une couverture contre l’inflation.  La volatilité du Bitcoin a pâli en comparaison de l’hyperinflation que connaît le Venezuela depuis le début des années 1980. De 1985 à 2018, l’inflation totale au Venezuela a atteint un taux ahurissant de 65 374 %.

Manque de confiance sociale et politique

De nombreux pays du tiers-monde sont également confrontés à un degré élevé d’inégalité sociale, économique et politique. La pauvreté, le racisme et la corruption politique font que les gens perdent confiance les uns envers les autres et envers les institutions. Sans confiance sociale, les gens ne parviennent pas à organiser des efforts coordonnés en vue d’un changement positif et ne participent pas pleinement à l’économie locale, car ils ont peur de s’engager financièrement les uns envers les autres. Et ils ont tendance à rejeter les politiques socio-économiques parce qu’ils ne font pas confiance à leur gouvernement. 

Les transactions en Bitcoin sont enregistrées dans un registre public auquel tout le monde a accès. La blockchain stocke chaque transaction Bitcoin jamais effectuée. Et puisque tout le monde peut y avoir accès, ce type de transparence permet de responsabiliser les individus et les institutions et de rétablir la confiance sociale pour parvenir à l’égalité socio-économique.

Par exemple, les particuliers peuvent utiliser la blockchain pour contrôler la façon dont les gouvernements dépensent l’argent des contribuables. La blockchain supprime le besoin d’une tierce partie, comme une banque centrale, et protège l’identité des personnes afin qu’elles puissent s’engager plus pleinement dans leur économie locale.

Le problème du Bitcoin

Bien sûr, il y a des inconvénients évidents en jeu ici. Si les cryptomonnaies permettent d’inclure davantage de personnes dans le circuit financier, ce n’est pas une solution parfaite. Les personnes en situation de pauvreté absolue n’ont toujours pas accès aux deux éléments de base nécessaires pour utiliser les monnaies numériques : l’internet et un appareil tel qu’un ordinateur ou un téléphone intelligent.

Les cryptomonnaies reposent toujours sur le fiat

Les monnaies numériques ne sont pas adossées à une banque centrale ou à une matière première comme l’or. Leur valeur fluctue donc fortement en fonction de l’offre, de la demande et du sentiment du marché (entre autres choses). Pour qu’une cryptomonnaie comme le Bitcoin puisse fonctionner comme de l’argent, sa valeur doit rester relativement stable. Les variations de prix imprévisibles empêchent également les cryptomonnaies de servir d’unité de compte, ce qui rend impossible la détermination de la valeur réelle d’un bien ou d’un service.

Les cryptomonnaies comme le Bitcoin n’étant pas largement acceptées, vous devez encaisser votre cryptomonnaie en argent traditionnel, appelé fiat, si vous voulez acheter des biens et des services du monde réel ; mais pour cela, vous devez disposer d’un compte bancaire. En l’absence d’adoption massive, les cryptomonnaies ne parviennent pas à fournir le type d’inclusion financière nécessaire pour échapper à la pauvreté.

Avant que le Bitcoin ne puisse être adopté par le grand public, il doit d’abord combler quelques lacunes, à savoir la volatilité de son prix. Pour qu’une cryptomonnaie fonctionne comme de l’argent, elle doit être une réserve de valeur, une unité de compte et être acceptée comme un véritable moyen d’échange entre les parties à la transaction.

Le Bitcoin doit-il être un produit grand public?

Personnellement, je pense que la réponse est oui. Mais je ne pense pas que le Bitcoin, ou d’autres cryptomonnaies, seront bientôt un substitut parfait à la monnaie émise par les gouvernements. Certains des inconvénients du Bitcoin sont directement liés à son impopularité. Tant que la peur, l’incertitude et le doute persisteront chez les décideurs, le Bitcoin aura du mal à être adopté en masse. Et sans cette adoption massive, le Bitcoin ne peut pas remplir le rôle le plus important de l’argent : celui d’un moyen d’échange accepté.

Pourtant, plus les pays s’orientent vers la légitimation du Bitcoin, plus les gens se sentent en sécurité en l’utilisant. Le prochain obstacle à surmonter est la volatilité des prix pour que le Bitcoin puisse fonctionner comme une réserve de valeur et une unité de compte. Pour atteindre la stabilité, il faut un certain degré de centralisation et un cadre réglementaire. Mais une surveillance trop importante va à l’encontre de l’objectif d’une monnaie décentralisée, de pair à pair. Si la surveillance est insuffisante, les avantages du Bitcoin ne pourront jamais être pleinement exploités.

Le mot final

Actuellement, les cryptomonnaies jouent déjà un rôle essentiel dans les pays du tiers-monde. Dans les pays développés comme le Canada, le Bitcoin a du mal à s’imposer. Principalement parce que l’intégrité globale de nos institutions politiques et financières rend inutile l’utilisation initiale de cryptomonnaies comme le Bitcoin.

Mais en tant qu’initiée du secteur bancaire, je pense que notre système financier aurait dû être chamboulé depuis longtemps. Les banques traditionnelles sont lentes, coûteuses et rigides. Le coût de cette inefficacité est systématiquement répercuté sur les clients. Le Bitcoin, sans être un substitut parfait du dollar, offre une solution moderne à un problème moderne. Si vous recherchez des transactions rapides, efficaces et peu coûteuses, avec une responsabilité intégrée, Bitcoin est la solution.

Pourtant, malgré les défis évidents de Bitcoin, il y a des arguments à faire valoir pour une acceptation généralisée. À mesure que des pays comme le Salvador et des entreprises comme McDonald’s deviennent plus favorables aux cryptomonnaies, les avantages d’une technologie aussi révolutionnaire deviennent palpables. Au Salvador, vous n’avez pas besoin d’un compte bancaire ou d’argent physique pour vous acheter un repas chaud. Et pour reprendre les termes de McDonald’s, c’est ça que j’aime!