Peut-on prendre sa retraite avec 500 000 $ au Québec?

a piggy bank with coins falling out

    «Ai-je assez d’argent pour prendre ma retraite?» est une question qui revient fréquemment. Vous vous la posez peut-être parce que vous êtes séduit par l’indépendance financière et la retraite précoce (mouvement FIRE), parce que vous approchez votre 60e anniversaire ou parce que vous essayez de planifier combien d’argent épargner durant vos jeunes années pour vous assurer une retraite confortable. Les actifs financiers des Québécois de 55 à 64 ans atteignent 400 000$, alors que ceux des moins de 35 ans sont d’un peu plus de 40 000$. Considérant ces chiffres, peut-on prendre sa retraite avec 500 000 $ au Québec? Oui, c’est tout à fait possible, et c’est d’ailleurs le cas de bon nombre de personnes.

    Des retraits sécuritaires

    Pour prendre votre retraite avec 500 000 $, il faut bien connaître votre situation. Avez-vous des dettes? Avez-vous droit à différentes prestations gouvernementales? Quel est votre style de vie? Le but de ce questionnement est de vous assurer que vous n’épuiserez pas toutes vos économies en quelques années. Un montant de 500 000$ n’est pas négligeable, mais si l’argent vous «brûle les doigts», ce n’est peut-être pas l’idéal pour vous.

    Avec 500 000$ en banque, vous pouvez dépenser environ 20 000$ par année pendant votre retraite, somme qui augmentera au fil du temps. À ce rythme, vous devriez avoir assez d’argent pour couvrir vos dépenses jusqu’à la fin de vos jours. D’où vient ce chiffre? Je me base sur la règle du 4% pour déterminer combien un retraité peut retirer de ses investissements. 

    Ce pourcentage ne sort pas de mon chapeau. Les experts considèrent que 4% est un taux de retrait sécuritaire. Il tient compte du fait que vos placements génèrent un rendement moyen de 7% par année. Des chercheurs ont analysé la probabilité qu’il reste des actifs dans un portefeuille après 30 ans en utilisant ce taux de retrait constant au cours des années. Pour arriver à leur conclusion, ils ont comparé différents portefeuilles de placements et divers taux de retraits. 

    AnnéeRetrait annuel (4%)Rendement (7%)Portefeuille
    2023500 000 $
    202320 000 $33 600 $513 600 $
    202420 544 $34 514 $527 570 $
    202521 103 $35 453 $541 920 $
    203326 157$43 943$671 700$
    204334 208 $57 470 $878 467 $
    Tableau des retraits avec une somme initiale de 500 000 $

    Mais (il y a un «mais»): le contexte économique est important

    Le taux de retrait étant de 4% chaque année, ce tableau présume d’un contexte économique et boursier favorable dès votre première année de retraite, ce qui fait que votre rendement est supérieur à vos dépenses. Génial! Par contre, si le rendement espéré n’est pas atteint, comme dans le cas d’une crise économique, votre retrait annuel diminuera, ce qui ne vous permettra pas de maintenir votre pouvoir d’achat. Vous devrez alors soit réduire vos dépenses et vivre plus frugalement, soit recommencer à travailler.

    Comment accumuler l’argent nécessaire pour une retraite avec 500 000 $?

    Pour amasser les fonds suffisants à votre retraite, diminuer les frais de gestion de vos placements est crucial. Ils peuvent gruger jusqu’à 3% de vos avoirs. Pour ce faire, tournez-vous vers des robots-conseillers ou des courtiers en ligne. De plus, assurez-vous d’optimiser votre épargne en la répartissant dans des comptes fiscalement avantageux. Notamment, le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) vous permet d’accumuler des montants sur lesquels vous ne paierez aucun impôt au retrait. De plus, le régime enregistré d’épargne-retraite (REER) vous aide à diminuer votre revenu imposable actuel et à le faire fructifier à l’abri de l’impôt, avant votre retraite.

    Calculez le montant exact dont vous avez besoin pour votre retraite

    Si vous n’êtes pas encore à la retraite, il existe un autre calcul simple pour évaluer quel montant est suffisant pour votre retraite. Prenez vos dépenses annuelles et multipliez ce chiffre par 25. Si vos dépenses annuelles sont de 35 000$, alors vous devez avoir un portefeuille de placements de 875 000$ pour pouvoir prendre votre retraite. Une calculatrice d’indépendance financière vous sera d’une grande aide pour déterminer à quel moment vous aurez suffisamment d’actifs, si vous n’êtes pas friand des maths.

    Retraite avec 500 000 $: deux cas de figure

    Voyons les types de retraités que vous pourriez devenir avec le montant de 500 000$ en épargne et placements. En fonction de votre âge et de vos autres sources de revenus, le confort que vous pourrez atteindre varie.

    Retraite avec 500 000 $ à 65 ans après des décennies de loyaux services

    Guylaine et Pierre ont épargné 500 000$ au cours de leur vie active, respectivement comme secrétaire dans une université québécoise et couvreur. La maison qu’ils possèdent ensemble est payée depuis quelques années. Nouvellement grands-parents, ils décident de prendre leur retraite pour pouvoir profiter au maximum du contact avec leur petit-fils. Leurs dépenses annuelles avoisinent 40 000$. Elles incluent l’alimentation, les sorties, les vacances, les dépenses liées aux deux voitures et à la maison qu’ils possèdent (entretien, taxes, etc.) et bien sûr, les cadeaux pour leur petit-fils!

    Comment arriveront-ils à couvrir leurs dépenses, qui représentent le double de ce qu’ils peuvent retirer de leurs placements en fonction de la règle du 4%? Avec l’argent qu’ils recevront du Régime des rentes du Québec (RRQ) et de la pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV), ils auront environ 2 915$ par mois (en tenant compte de la prestation moyenne pour le RRQ) ou 34 980$ par année.

    En tant qu’employée d’une université, Guylaine a aussi un fonds de pension, mais elle n’en a même pas besoin. Cependant, utiliser l’argent de son fonds de pension au lieu de décaisser ses placements permet au couple de continuer d’accumuler des actifs qu’ils pourront léguer à leurs enfants.

    Un mot sur le RRQ et la PSV

    Seuls les travailleurs ayant cotisé au RRQ peuvent retirer des prestations à leur retraite. Le montant reçu dépendra de l’âge auquel vous demandez votre rente (à partir de 60 ans, 65 ans ou 70 ans), le nombre d’années et l’ampleur de vos cotisations au régime.

    La PSV est quant à elle versée à tous les Canadiens de 65 ans et plus, peu importe si vous avez travaillé ici ou non. Elle assure un revenu minimal aux personnes âgées. Le montant de la prestation est déterminé selon le nombre d’années de résidence au Canada.

    Jeune retraité à 40 ans pour profiter de la liberté financière

    Avec l’ambition de devenir riche, Nicholas a complété son diplôme d’études professionnelles (DEP) en extraction de minerai. Il a travaillé dans des mines pendant une vingtaine d’années. Toutefois, il commence à trouver ce travail difficile et il s’ennuie de ses enfants qu’il ne voit pas assez souvent. En effet, il doit souvent quitter la maison familiale pendant plusieurs semaines pour aller travailler dans le nord du Québec. Puisqu’il aura seulement 40 ans cette année, il ne peut pas compter sur des prestations gouvernementales pour financer ses années de retraite précoce. Heureusement, frugal de nature, il a économisé une bonne partie de son salaire depuis ses débuts.

    Avec 500 000$ en banque, Nicholas peut bien vivre s’il prend des précautions. L’hypothèque restante sur la maison familiale exige des paiements de 1 200$ par mois. Sa conjointe et lui paient les dépenses familiales en proportion de leurs revenus respectifs. Celle-ci gagne 60 000$ par an. Leurs dépenses annuelles totalisent 50 000$. 

    En prenant sa retraite, Nicholas retire seulement 20 000$ de ses placements pour respecter la règle du 4%. La part des dépenses familiales qu’il assume diminue. Une famille avec un revenu de 80 000$ reçoit environ 10 000$ en prestations familiales pour leurs deux enfants d’âge scolaire. Malgré sa baisse significative de revenus, les revenus nets de la famille et les prestations leur permettront de couvrir leurs dépenses, en plus de continuer de cotiser au régime enregistré d’épargne-études des enfants.

    Maude Gauthier est journaliste pour Hardbacon. Depuis qu’elle a terminé son Ph.D. en communication à l’Université de Montréal, elle écrit sur la finance, les assurances et les cartes de crédit pour des entreprises comme les Fonds FMOQ et Code F. Utilisatrice responsable de cartes de crédit, elle peut passer des heures à lire les petits caractères pour bien comprendre leurs avantages. À cause de leur simplicité, elle a développé une préférence pour les cartes avec remises en argent. Après avoir subi des hausses salées avec son ancien assureur, elle peut maintenant affirmer fièrement avoir économisé des centaines de dollars en magasinant ses assurances auto et habitation. Dans ses temps libres, elle lit une multitude de romans et profite du streaming de quelques émissions populaires (et possiblement moins populaires, comme les documentaires animaliers).