L’Ontario est la locomotive économique du Canada, mais Toronto ne peut pas s’en attribuer tout le mérite. Près de la moitié des Canadiens y vivent, et des villes comme Windsor, Guelph ou Oakville offrent une foule de possibilités. Il n’est donc pas surprenant que la plaque tournante de la fabrication, du développement immobilier et du commerce ait contribué à l’épanouissement de certains des plus prolifiques milliardaires du Canada.

12. Richard Peddie – 1,21 milliard de dollars

Originaire de la banlieue de Windsor, en Ontario, le jeune prodige canadien Richard Peddie à la bosse des affaires. Son succès légendaire montre que même un enfant de la classe ouvrière peut devenir milliardaire avec un peu de cran, d’esprit et de cœur. Celebrity Net Worth estime sa fortune à 1 milliard USD (1,21 milliard CAD).

Ce diplômé de l’Odette School of Business a débuté au département des ventes et du marketing de Colgate et de Kraft. Ce génie du marketing a fait sensation et a rapidement décroché de prestigieux postes de PDG dans des entreprises comme Pillsbury, SkyDome (aujourd’hui Rogers Center), les Toronto Raptors et Maple Leaf Sports & Entertainment – et la liste est longue. Et elle continue. Encore et encore.

Peddie est surtout connu et apprécié pour avoir fait des Maple Leafs de Toronto l’une des franchises sportives les plus précieuses de la LNH pendant son mandat de président-directeur général.

La valeur nette de 1,2 milliard de dollars de Peddie n’a d’égal que son cœur. Il a toujours été le champion du petit peuple. Sans craindre de perdre quelques amis, Peddie a réduit le prix des billets de la NHL pour rendre le hockey plus accessible aux fans. Son dernier projet philanthropique est de transformer Amherstburg, où il réside actuellement, en “la meilleure petite ville de l’Ontario”.

11. Vic De Zen – 1,3 milliard de dollars

Né à Venise et formé en Suisse, Vic De Zen a utilisé son expérience professionnelle pour faire d’une entreprise de trois personnes le plus grand producteur de plastique du Canada. Canadian Business évalue la valeur nette de ce pionnier à environ 1,3 milliard de dollars.

Désillusionné par les promesses vides de son employeur, De Zen a décidé que lui seul devait être responsable de son succès. Avec deux de ses collègues, Vic a créé Royal Plastics en 1970 – la toute première extrudeuse de plastique au Canada. En l’espace de 10 ans, Vic De Zen et ses collaborateurs ont transformé une entreprise d’un quart de million de dollars en une bête de 100 millions de dollars qui a fini par devenir Royal Group Technologies ltd.

Mais en 2004, des allégations de fraude et une mauvaise presse obligent Vic à vendre le travail d’une vie. De retour à la demande générale, De Zen a créé le ZZEN Group of Companies Ltd et le Vision Group of Companies. Le premier est spécialisé dans l’immobilier commercial et industriel, tandis que le second fabrique du vinyle et divers matériaux de construction de haute technologie.

Lieu de naissance de ses enfants et de son succès ininterrompu, Vaughan, en Ontario, est toujours l’endroit que Vic appelle chez lui. Pour montrer son immense gratitude, il a fait don de 10 millions de dollars en 2016 pour aider à la construction de l’hôpital Mackenzie Vaughan.

10. Rudy Bratty – 1,36 milliard de dollars

Rudy Bratty savait qu’il voulait être un bâtisseur, tout comme son père. Ses parents accordaient tellement d’importance à l’éducation qu’ils ont insisté pour qu’il fasse d’abord des études supérieures. Avec son diplôme de l’Osgoode Hall Law School en poche, Rudy a entrepris de révolutionner la région du Grand Toronto.

Avons-nous mentionné qu’il a conclu sa première grande affaire immobilière avant même d’avoir l’âge de boire ? Histoire vraie. En quelques décennies seulement, Rudy a transformé la modeste entreprise de construction de son père en un mastodonte du développement immobilier : The Remington Group.

Rudy occupe actuellement le poste de président-directeur général et son fils celui de directeur de l’exploitation. Cette famille développe et exploite presque tous les types d’activités immobilières imaginables – résidentielles, commerciales et de détail.  Leur secret d’un milliard de dollars ? Rudy a été l’un des premiers promoteurs immobiliers à reconnaître la nécessité, et la demande, de tours à usage mixte. La preuve que la résolution d’un problème vous rapporte beaucoup.

Canadian Business a évalué la fortune de cet homme de Vaughan, en Ontario, à environ 1,36 milliard de dollars.

9. Alan Zekelman – 1,45 milliard de dollars

Windsor est appelée la “Ville des Roses”, mais elle devrait en fait se nommer la “Vallée des Dollars”. Cette petite ville est aussi le lieu de résidence du magnat canadien de l’acier, Alan Zekelman. Cet industriel à l’esprit vif s’est servi de sa formation en Ivy League et de son héritage pour transformer l’entreprise familiale en l’un des plus grands fabricants de tubes et tuyaux en acier d’Amérique du Nord. Forbes estime sa valeur nette personnelle à 1,2 milliard USD (1,45 milliard CAD).

Son père a fondé la compagnie, Atlas Tube, en 1984, et Alan en a été le président. Elle a été vendue au groupe Carlyle en 2006. Mais la famille n’a pas tardé à racheter son entreprise en 2011. Le diplômé de l’université de Toronto a mis à profit son baccalauréat en commerce, contribuant à transformer le projet familial en une société de renommée mondiale, JMC Steel Group (désormais connue sous le nom de Zekelman Industries).

Mais les grands succès d’Alan ne s’arrêtent pas là. Zekelman est largement connu pour ses généreuses contributions caritatives. Les milliardaires nés à Windsor partagent une passion profonde pour le don de soi. Parmi les bénéficiaires des donations de Zekelman figurent la synagogue Mishkan Israel, le Holocaust Memorial Center Zekelman Family Campus et le Lori E. Talsky Center for Human Rights of Women and Children.

Ce non-conformiste de l’industrie (et champion de la justice sociale) vit actuellement à Bloomfield Hills, dans le Michigan. Il n’est donc pas surprenant que cet homme d’acier se sente chez lui dans le cœur industriel de l’Amérique.

8. Famille DeGasperis – 1,66 milliard de dollars

Alfredo, Angelo et Antonio ont immigré d’Italie au Canada à la recherche du rêve canadien. Il s’est avéré que ce rêve consistait à transformer leur jeune entreprise familiale, ConDrain, en l’un des promoteurs d’infrastructures les plus prolifiques du Canada. Leur fortune est évaluée à environ 1,66 milliard de dollars selon Canadian Business.

Alfredo a créé une compagnie de camionnage pour faire venir ses frères Angelo et Antonio au Canada. Tous trois ont commencé à poser des tuyaux pour la société d’assainissement Cadillac Development Corp. Ltd. Leurs compétences, leur savoir-faire et leur professionnalisme ont rapidement fait d’eux les numéros un dans le domaine du ‘’numéro deux’’.

Le trio italien est alors passé de la pose de tuyaux à la construction et au développement immobilier. La société ConDrain a été créée en 1954, ce qui a conduit à la naissance des résidences Meritus et Aspen Ridge. Leur groupe d’entreprises accapare désormais les marchés de la construction de routes, du développement d’infrastructures, du développement de services publics souterrains ainsi que du développement immobilier résidentiel et commercial. Ils ont même créé une entreprise de télécommunications qui a finalement été vendue à Rogers Canada. Qu’est-ce que ces gens ne savent pas faire ?

Leur empire fait maintenant des chèques à des milliers d’employés, y compris presque tout l’arbre généalogique des DeGasperis. Ça, c’est de l’amore ! Les patriarches et leurs proches vivent toujours, et déjeunent, à Vaughan, en Ontario.

7. Clayton Zekelman – 1,69 milliard de dollars

Bien que Clayton partage la propriété de Zekelman Industries avec ses frères, c’est son entreprise de télécommunications qui l’aide à bâtir sa fortune. En fait, il en a deux : MNSi Telecom et Nexicom. Clayton a créé MNSi Telecom en 1995, ce qui en fait le plus ancien fournisseur de services Internet et de services de télécommunications de la région de Windsor-Londres. Si l’anticipation des tendances du marché était un super pouvoir, Clayton aurait une cape. Ce titan de la technologie a fait une excellente affaire en rachetant Nexicom aux frères Downs, qui prenaient leur retraite en 2016.

Zekelman travaille sans relâche à la construction d’un réseau exclusif de fibres optiques pour livrer l’accès Internet le plus rapide possible pour tous les habitants de la région de Windsor. Il a même préparé le terrain pour fournir des services à des zones de Windsor qui ne sont même pas développées, en prévision de l’étalement urbain. Ça, c’est de l’anticipation !

Ce décrocheur universitaire prouve que tout ce dont on a besoin pour réussir est un peu de cran et peut-être un peu d’argent familial. Aujourd’hui, selon Forbes, sa fortune s’élève à 1,4 milliard USD (1,69 milliard CAD). Malgré sa richesse, Clayton Zekelman vit toujours à Windsor, sa ville natale.

6. Famille Hasenfratz – 1,71 milliard de dollars

Le patriarche de la famille Hasenfratz, né en Hongrie, nous démontre que ce qui manque aux immigrants en matière de patrimoine canadien, ils le compensent largement par leur esprit d’entreprise. Frank Hasenfratz est passé de réfugié à milliardaire avec ses outils et son atelier d’usinage à domicile. Canadian Business a estimé la richesse de cette famille à 1,71 milliard de dollars.

Après que son père a transformé son entreprise en une société de fabrication florissante, Linda a rejoint l’équipe en tant qu’opératrice de machine chez Linamar et a gravi les échelons. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’elle utilise son MBA de l’Université de Western Ontario pour propulser l’entreprise de son père au premier plan mondial.

Linda a occupé divers postes de direction tels que PDG, directeur de l’exploitation et présidente. Elle et son père ont fait de Linamar le deuxième plus grand fabricant de pièces automobiles au Canada. Actuellement, Linamar fabrique et fournit des pièces dans le monde entier. Avec Linda à la barre, Linamar est passée de 800 millions de dollars à 6 milliards de dollars de revenus d’exploitation en 2017.

Linda est l’une des femmes les mieux payées et les plus décorées du monde des affaires. Elle a été intronisée au Temple de la renommée de l’entreprise canadienne, désignée PDG de l’année au Canada et même nommée à l’Ordre du Canada (la deuxième plus haute distinction pour le mérite). Parmi ses projets philanthropiques, elle soutient les initiatives des femmes dans le monde des affaires. Et elle dirige tout cela depuis Guelph, en Ontario.

5. Domaine Muzzo – 1,86 milliard de dollars

Originaire de Venise, Marco Muzzo Senior, décédé en 2005, est l’homme qui a contribué à transformer la région du Grand Toronto en une utopie urbaine. Selon Canadian Business, la famille de Muzzo a une valeur nette de 1,86 milliard de dollars.

Premier à arriver au Canada, Elio Muzzo a aidé son frère, Marco, à émigrer à Toronto. Elio a enseigné à Marco tout ce qu’il devait savoir sur le plâtrage avec un savoir-faire exceptionnel. Une fois cette compétence perfectionnée, Marco et Elio ont fondé leur entreprise de cloisons sèches, Marel Contractors.

Il n’a pas fallu longtemps pour que Marel devienne synonyme de supériorité. Ils se sont rapidement imposés comme les entrepreneurs de choix, écrasant virtuellement la concurrence et amassant l’une des fortunes familiales les plus prolifiques de l’histoire du Canada. Les frères Muzzo ont également créé l’une des plus grandes sociétés de développement de Toronto, le Pemberton Group.

Marco et Elio sont tous deux décédés depuis, mais leur héritage reste éternel. Inchangés par leur succès stupéfiant, les frères Muzzo ont une longue tradition de générosité. L’entreprise familiale reste partenaire de Centraide et a fait un don important à l’hôpital Mackenzie Vaughan.  La famille réside actuellement à Woodbridge, en Ontario.

4. Michael Lee-Chin – 1,93 milliard de dollars

Si vous n’avez pas de fortune à léguer de génération en génération, vous pouvez vous contenter de la force de vos jambes. Michael Lee-Chin, né en Jamaïque, est devenu un milliardaire autodidacte grâce à une tonne de travail acharné ainsi qu’à son talent. Ce type n’hésite pas à se salir les mains. Il a aussi de l’intelligence à revendre. Selon Forbes, Michael Lee-Chin a une valeur nette de 1,6 milliard USD (1,93 milliard CAD).

Lee-Chin a commencé par empiler des dollars en faisant de l’aménagement paysager pour un hôtel jamaïcain et en nettoyant la salle des machines d’un navire de croisière. Il a financé lui-même sa première année à l’université McMaster.

Incapable de trouver un emploi convenable en Jamaïque, Lee est rentré au Canada et a décroché un boulot au Groupe Investors. Là, Michael est devenu un maître de l’investissement. Il a obtenu un prêt pour petite entreprise et a acheté une participation dans le Groupe Financier Mackenzie. Lee a multiplié cet investissement par sept et a utilisé les profits pour acheter AIC Canada. La majorité de sa fortune provient actuellement de Portland Holdings Inc, dont il est le fondateur et le président, ainsi qu’une participation de 65 % dans la National Commercial Bank of Jamaica.

Michael est un philanthrope actif. Il n’est pas rare que cette star de l’investissement fasse des dons de plusieurs dizaines de millions de dollars à des organismes tels que le Musée royal de l’Ontario, la Rotman School of Management et la Joseph Brant Hospital Foundation (entre autres). Il vit actuellement à Burlington, en Ontario.

3. Barry Zekelman – 2,78 milliards de dollars

Barry, diplômé de York, est actuellement président, président du conseil d’administration et PDG de Zekelman Industries, l’entreprise familiale d’acier et de tuyaux. Sous sa direction, Barry a fait passer le chiffre d’affaires de l’entreprise de 2 millions de dollars à plus de 1,2 milliard de dollars.

Barry a aussi des couilles d’acier. Il a hérissé pas mal de plumes lorsqu’il a contourné les règles de la Commission électorale fédérale en apportant des contributions financières à la campagne Trump de 2016. Son dîner avec Don pour discuter des politiques protectionnistes du commerce de l’acier a fait plus que soulever quelques sourcils. Mais parfois, pour faire son travail, il faut marcher sur les pieds de certains. Ce n’est pas personnel. C’est le business.

La famille Zekelman est un clan de philanthropes actifs. Leurs importantes donations caritatives sont rendues possibles par le sens aigu des affaires de Barry. Aujourd’hui, ce bad-boy milliardaire travaille dur et s’amuse beaucoup sur la rive canadienne du lac St-Clair.

2. Peter Gilgan – 4,47 milliards de dollars

Le prochain sur la liste est un autre prodige de la classe ouvrière et milliardaire autodidacte, Peter Gilgan. Né dans une famille de neuf personnes à Burlington, en Ontario, ce promoteur immobilier sait se démarquer de la masse. Il s’est vite rendu compte que la sauce secrète pour devenir riche est de construire le genre de maison dans laquelle il voulait vivre. Forbes a estimé la valeur nette de Peter à 3,7 milliards USD (4,47 milliards CAD).

Cet expert-comptable agréé a utilisé son sens des chiffres pour comprendre comment construire des maisons de luxe haut de gamme sur des parcelles de terrain plus courtes et plus larges. Un concept qui a bouleversé le paradigme des pratiques de construction de l’époque. Il a fondé Mattamy Homes en 1978, et en reste le PDG à ce jour. Ce champion en titre de la construction de maisons a visé au-dessus de sa catégorie de poids, transformant cette petite entreprise en l’un des plus grands promoteurs immobiliers résidentiels d’Amérique du Nord.

Peter sait que le succès ne se produit pas sans une bonne écoute, c’est pourquoi il s’engage à communiquer avec chacun de ses employés pour s’assurer qu’ils savent qu’ils sont au cœur de son entreprise. En outre, ce milliardaire ne ménage pas ses efforts pour ses causes favorites, en faisant le plus gros don jamais enregistré de 100 millions de dollars à l’hôpital pour enfants malades de Toronto.

Actuellement, Oakville, en Ontario, est le lieu de prédilection de ce magnat de l’esprit.

1. Mark Scheinberg – 5,93 milliards de dollars

Mark Scheinberg, qui a abandonné ses études, a réussi à empiler ses jetons grâce à un mélange de chance et de courage. Avec son père, ce spécialiste israélien des logiciels a transformé sa plateforme de jeux en ligne en une centrale de poker. Selon Forbes, la fortune de Mark s’élève à environ 4,9 milliards USD (5,93 milliards CAD).

En 2000, Ian Scheinberg, le père de Mark, a fondé une société de logiciels appelée PYR, spécialisée dans le développement de logiciels pour les casinos en ligne. Un an plus tard, il décide enfin de créer son propre casino avec son fils Mark. PokerStars.com est né. Sous sa direction en tant que PDG, Mark a transformé PokerStars en la plus grande plateforme de jeu de poker en ligne – un mastodonte du jeu qui continue d’accueillir des tournois de poker de haut niveau à ce jour.

Après avoir vendu l’entreprise mère de PokerStars pour 4,9 milliards de dollars, ce prodige de la programmation a utilisé le produit de la vente pour financer sa société d’investissement, Mohari Hospitality. Par le biais de cette société d’investissement, Scheinberg développe des biens immobiliers de luxe et des destinations de loisirs pour ceux qui ont les poches pleines. Il détient actuellement des participations dans des établissements haut de gamme tels que l’hôtel The One à Toronto, le Ritz-Carlton Yacht Collection et le Centro Canalejas en Espagne.

Mark n’hésite pas à profiter des fruits de son travail, mais pas sans donner en retour. Mark et le Fonds de secours de la famille Scheinberg soutiennent régulièrement des causes telles que l’aide aux victimes du Covid, le bien-être des animaux et la sécurité alimentaire. Actuellement, Mark porte ses chaussures sur l’île de Man, au Royaume-Uni.